écritures
forme fléchie

SingulierPluriel
écritureécritures

écritures \e.kʁi.tyʁ\ féminin

  1. Pluriel de écriture.
    • Il vit avec son fils, Nicolas, qui rechigne au métier et voudrait apprendre pour aller dans les écritures ; mais il n’a jamais osé en parler au vieux. (Roger Martin du Gard, Vieille France, Gallimard, 1933 ; éd. Le Livre de Poche, p. 55.)
    • Fils de la servante, Jacquet entre à moins de treize ans comme employé aux écritures chez son père naturel qui ne lui accorde rien, après cette place de clerc dans son étude, pas même un regard. (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, pages 101-102.)
    • Une expression est restée longtemps en usage : un tel « est dans les écritures », pour « travaille dans un bureau ». (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 51.)
    • Je voudrais que mon petit Auguste « travaille dans les écritures » et gagne cent cinquante à cent quatre-vingts francs par mois quand il reviendra du régiment. (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 133.)
forme fléchie

écritures \e.kʁi.tyʁ\

  1. Deuxième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe écriturer.
  2. Deuxième personne du singulier du subjonctif présent du verbe écriturer.

Écritures
étymologie
voir écriture.

nom

Écritures \e.kʁy.tyʁ\ féminin pluriel

  1. (religion) (chez les chrétiens) (Au pluriel) La Bible, contenant l’Ancien Testament et le Nouveau Testament.
    • Les Juifs le leur enseignent, car les Écritures avaient clairement désigné Bethléem comme le berceau du Messie, et les Juifs qui possédaient la science des livres saints ne s’y trompent pas. (Vie de la Sainte Vierge d’après les Écritures, 1862)
    • Nous pensons aussi explorer les Saintes Écritures rédigées par les prophètes qui parlent du chemin de justice ouvert par Dieu pour que l’homme puisse être regardé comme juste devant lui. (P.D. Bramsen, Le Chemin de la Justice, 2007)
    • L'Église post-grégorienne exploite ce que les Écritures et la Tradition lui offrent-pour "monachiser" ses clercs séculiers et les détacher de la femme tentatrice. (Jacques Dalarun, « Dieu changea de sexe, pour ainsi dire » : La religion faite femme, XIe-XVe siècle, Fayard, 2008)
  2. (Spécialement) (chez les Juifs) La Bible hébraïque (l’Ancien Testament des chrétiens).
    • Mais qui es-tu pour croire que tu peux parler des Écritures ! Qui es-tu pour donner des conseils aux autres ? As-tu fait une école rabbinique ? (Eric-Emmanuel Schmitt, L'Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000. Prologue)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français