état
étymologie
De l’ancien français estat, issu du latin status.

nom

SingulierPluriel
étatétats

état \e.ta\ masculin

  1. Disposition dans laquelle se trouve une personne, une chose, une affaire.
    • Point de raillerie! « L’Europe est dans un état tel, que la moindre effervescence peut mettre en péril son repos, son équilibre factice. » (Émile de Girardin, Paix et liberté: questions de l’année 1863, page 190)
    • Nous donnons donc un coup d'œil à nos armes à feu et nous assurons qu'elles sont chargées et en état de servir le cas échéant. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 45)
    • Le vieux von Winterfeld entra bientôt dans le coma ; parmi les blessés, trois se rétablissaient assez rapidement, alors que l’état des autres empirait, par suite du manque de bonne nourriture. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908, traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 249, Mercure de France, 1921)
    • Ainsi sur les 93 kilomètres de route nationale, seuls les 23 de la récente RN3 sont en excellent état ; les autres ne sont maintenus dans un état circulable qu’au prix d’un entretien lourd et dispendieux. (Guy Fontaine, Mayotte, page 156, Karthala Éditions, 1995)
  2. Liste, registre.
    • État des pensions.
  3. Mémoire, inventaire.
    • État de frais.
    • État des lieux.
    • L’état des meubles qui garnissent un appartement.
    • Dresser l’état, un état.
    • Arrêter, signer un état.
  4. Profession, condition.
    • État ecclésiastique.
    • État de mariage.
    • Vivre selon son état.
    • Remplir les devoirs de son état.
    • L’état de charge d’une batterie.
  5. (automatique) Ensemble des valeurs permettant de décrire un système à un instant donné, par opposition à ce qu’il était l’instant d’avant et ce qu’il sera l’instant d’après.
  6. (informatique) Ensemble structuré de variables permettant de décrire un élément de programme susceptible de changer dans le temps.
  7. (politique) Variante orthographique de État.
    • Il faut abandonner cette idée de la révolution parfaite où tout marchera du jour au lendemain, que les gens seront dans une société autogérée sans état, etc. (Stéphane }{#if:{#if:)}}
    • Ce gouvernement était fédératif ; c'est-à-dire que la Gaule était divisée en une multitude de petits états indépendants, ayant leur vie propre, et ne se rattachant les uns aux autres que par une association peu étroite. (François-Xavier Masson, Annales ardennaises, ou Histoire des lieux qui forment le département des Ardennes et des contrées voisines, Mézières : imprimerie Lelaurin, 1861, page 29)
  8. (ellipse) (Au pluriel) (France) (histoire) États généraux.
    • Le roi et les privilégiés auraient voulu que les états délibérassent comme en 1614, c'est-à-dire « par ordre ». Les privilégiés auraient eu immanquablement la majorité et les états auraient été incapables d'opérer aucune réforme sérieuse. (Jacques Godechot, Les constitutions de la France depuis 1789, Garnier-Flammarion, 1970, p.22)

traductions
traductions
État
étymologie
Mise en majuscule de état, lui-même issu du latin status.

nom

SingulierPluriel
étatétats

État \e.ta\ masculin

  1. Forme du gouvernement d’un peuple, d’une nation.
    • L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat, L’État, 1848)
    • L’armée est la manifestation la plus claire, la plus tangible et la plus solidement rattachée aux origines que l’on puisse avoir de l’État. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. III, Les préjugés contre la violence, 1908, p.151)
    • Mais le dérapage de l’Europe ne provient pas d'une dynamique propre à l’État, machine désincarnée. Les États ne deviennent fous que parce que les hommes qui les constituent, les dominent ou les construisent sont largement psychotiques. (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 108)
    • De toute façon, l’État d’Europe occidentale, en tant qu’expression de la réalité politique et source impersonnelle du droit public, est une institution relativement récente qui, même de nos jours, tient sous sa domination un territoire limité. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.61)
  2. Gouvernement, administration d’un pays, d’une société politique.
    • Si l’État ne gouverne plus, que fera-t-il ? Il deviendra une association volontaire, qui organisera le travail, le fabricant et le distributeur de ce qui est indispensable à l’existence. l’État fera ce qui est utile. L’individu ce qui est beau. (Oscar Wilde, L’Âme humaine, 1891. Traduction de Nicole Vallée, 2006. p. 35.)
    • Mais l’État ne s’en inquiète pas. L’État règne. Même pour les questions qui le regardent le moins, il entend faire accepter non ses avis, mais ses ordres. (Pierre Louÿs, Liberté pour l’amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
    • Ainsi on ne pourrait plus contester qu’il y ait une opposition absolue entre le syndicalisme révolutionnaire et l’État ; cette opposition prend en France la forme particulièrement âpre de l’antipatriotisme, […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1908, p.152)
    • De réels efforts ont été poursuivis par l’État pour mener à bien l’œuvre du reboisement. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • La laïcité est engagée dans une lutte âpre et décisive contre le cléricalisme. L’État se bat contre l’Église. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Le morcellement de l’unité politique de l’Islam était devenu une réalité au milieu du VIIIe siècle, quand ’Abd al-Rahman créa un État indépendant en Espagne. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
  3. Pays qui sont sous une même domination.
    • Étendre les bornes d’un État.
    • Un grand État.
  4. Communauté des citoyens d’une même nation, de l’ensemble de la nation.
    • Il y a les droits de l’État et ceux de l’individu.
    • Dans le revenu des contributions, il y a tant pour l’État et tant pour les départements et les communes.
  5. Peuple, en tant qu’il est constitué en corps de nation, qu’il forme une société politique distincte.
    • Servir l’État.
    • Les lois fondamentales de l’État.
    • Leurs enfants seront élevés aux frais de l’État.
    • Le trésor, la marine de l’État.
    • Réformer l’État.
    • Troubler l’État.
    • Les intérêts de l’État.
    • Un État pauvre, obéré.
    • Les soutiens, les défenseurs de l’État.
    • Dans l’État islamique théocratique et multinational qu’était l’Empire ottoman, soumis à une acculturation arabe et persane intense dans ses classes dirigeantes — et spécialement dans la classe intellectuelle, comme celle des ulémas —, la langue écrite officielle et littéraire était envahie de termes arabes et persans, de plus en plus éloigné du parler turc vivant, et inaccessible à la masse populaire turque. (Louis Bazin, La Réforme des langues, 1985)
synonymes
traductions
  • allemand : Staat masculin
  • anglais : state
  • espagnol : estado masculin
  • italien : stato
  • portugais : estado
  • russe : государство neutre, держава



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.009
Dictionnaire Français