à-propos
étymologie
voir propos

nom

à-propos \a.pʁɔ.po\ masculin invariable

  1. Caractère de ce qui est approprié, opportun, de ce qui arrive à point nommé.
    • Et moi aussi, je m’en souviendrai !… Quel heureux à-propos que cette confidence de Laurent !… (Eugène Labiche, L’Article 960 ou la Donation, scène 11, 1839)
    • Votre observation manque d’à-propos.
  2. Répartie ; esprit.
    • Il importe donc, pour un radio-reporter, d'avoir des qualités de sang-froid, d’à-propos, de psychologie et même... surtout de diplomatie, afin de faire face à tous les orgueils et toutes les défaillances ; […]. (Georges Geville, Le micro en balade: Souvenirs de radio-reportages, Paris : Éditions Radio, 1939)
    • D’habitude, je n’ai guère l’esprit d’à-propos, j’ai plutôt l’esprit de l’escalier. (Paulin J. Hountondji, La Rationalité, une ou plurielle ?, p. 343)
    • Monsieur l’évêque suivait non seulement les exercices de la retraite, mais présidait partout, faisant lui-même la méditation le matin, parlant après chaque discours avec à-propos et onction. (L’Ami de la religion, journal ecclésiastique, Volume 96, p. 215, 1837)
    • Ces injurieurs pathologiques, - ou injuromanes - sont aisément reconnaissables, notamment par un détail qui ne saurait échapper à l'observateur averti : jamais il ne répliquent avec à-propos. (Robert Édouard, Dictionnaire des injures, précédé d'un petit traité d’injurologie, Paris : Claude Tchou éd., 1967, p. 234)
  3. Œuvre, généralement théâtrale, composée à l’occasion d’un événement.
    • Un à-propos en vers.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.003
Dictionnaire Français