éblouir
étymologie
De l’ancien français esbloir [1], esbleuir [2], de même sens.

verbe

éblouir \e.blu.iʁ\ transitif conjugaison

  1. Frapper la vue par un éclat très vif que les yeux ne peuvent soutenir.
    • …à 1 heure du matin, je pénétrais dans le port de Colon. Entre les deux jetées j'étais ébloui par de nombreuses lumières et j'évitais de justesse un vapeur qui sortait. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • (Absolument)L’éclat des diamants éblouit. - La neige, la blancheur de la neige éblouit.
  2. (Figuré) Toucher la vue par quelque chose de remarquable.
    • Je suis incapable de rassembler deux idées ; votre vue m’a ébloui. Je ne pense plus, j’admire. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
  3. (Figuré) Surprendre par quelque chose de vif, de brillant ou de spécieux.
    • Sur deux pages, la spécialiste internationale du jupon nous éblouit de son savoir encyclopédique et de son sabir savant. (François-Xavier Ajavon, Comment se libérer de ce foutu... Libé !, sur RING : News, culture & société (www.surlering.com), le 27 mars 2010)
  4. (Par extension) Fasciner ; séduire.
    • Je ne me laisse pas éblouir par les bobards : je suis pour les actes, moi, mon cher monsieur. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Les grandeurs l’ont ébloui.
    • Être ébloui de l’éclat des richesses, par les richesses.
    • Les promesses qu’on lui a faites l’ont ébloui.
    • Il est tout ébloui de sa fortune.

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.017
Dictionnaire Français