écarlate
étymologie
(XIIe siècle) De l’ancien français escarlate via le latin médiéval scarlatum, au persan سقرلاط, qui désignait une étoffe précieuse, plutôt bleue à l’origine, ornée de sceaux, et qui est issu du grec ancien σφραγίς; ou, selon le CNRTL ↗, la version arabe viendrait plutôt d'un grec médiéval σιγιλλάτος, celui-ci d'un bas-latin sigillatus, ce bas-latin étant fait à partir du latin classique sigillum « sceau » (déminutif de signum), et aurait le sens de « tissu recouvert de sceaux »

nom

SingulierPluriel
écarlateécarlates

écarlate \e.kaʁ.lat\ féminin

  1. Colorant de couleur rouge vif, tiré du kermès, l'insecte.
    • Je vis un jour plusieurs magistrats nommés lexiarques, qui marchoient dans les rues, tenant une corde teinte d’écarlate, tendue d'une maison à l'autre. Ils poussaient le peuple devant eux, pour l'obliger de se rendre à l'assemblée. Si la corde marquoit de rouge quelque traîneur, il étoit condamné à l'amende. (E.-F. Lantier, Voyages d'Anténor en Grèce et en Asie, Paris : chez Belin & chez Bernard, 2e édition revue, an VI, tome 1er, p.5))
    • À Arles, l'archevêque, qui avait le monopole de l'exploitation de la graine d'écarlate, avec laquelle on fabriquait la teinture rouge, ne traitait, pour la vente de ses récoltes, qu'avec les juifs. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. Étoffe de cette couleur.
    • Manteau d’écarlate.
  3. Couleur correspondante.
    • Le rousset doré. Ch. D'abord d'un beau jonquille mêlé de pourpre; ensuite brouillé d'un rouge indécis entre le pourpre et l’écarlate et d'un jaune jonquille plus ou moins foncé; […]. (Louis Secrétan, Mycographie suisse, ou, Description des champignons qui croissent en Suisse, particulièrement dans le canton de Vaud, aux environs de Lausanne, tome 1, Genève, 1833, p. 479)
    • Écarlate ! Quel beau mot ! Il éclabousse les lèvres et les dents. (Maurice Bedel. Traité du plaisir, 1945, p. 180)

traductions
adjectif

SingulierPluriel
écarlateécarlates

écarlate \e.kaʁ.lat\ masculin et féminin identiques

  1. De la couleur du colorant du même nom, rouge vif. #ED0000
    • Quatorze colonnes de bois, hautes de vingt-trois pieds, tendaient au-dessus de la salle un ciel d'étoffe écarlate. (Pierre Louÿs, Une fête à, Alexandrie, 1896, dans Archipel)
    • On patinait autour de lui. Des enfants, le col entouré de cache-nez écarlates, blancs, verts, bleus, glissaient et tournoyaient. (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 95)
    • Un soir, à l'insu du brigadier, sa fille est entrée chez l'instituteur, le sourire aux yeux, les lèvres plus rouges que ces tablettes de sucre écarlate — des coquelicots — qu'on suce contre les enrouements; […]. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Figuré) Qui rougit par timidité ou par honte.
    • Elle en devint tout écarlate.
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.030
Dictionnaire Français