édit
étymologie
Du latin edictum.

nom

SingulierPluriel
éditédits

édit \e.di\ masculin

  1. (Antiquité romaine) Ordonnance d’un magistrat, d’un empereur.
    • L’édit d’un prêteur.
    • Édit du prince.
    • Les édits des empereurs romains.
    • Un édit de Justinien.
  2. (France) (histoire) Ordonnance des rois de l'ancien régime, qui ne statuait que sur un seul point ou une seule matière.
    • C'est les Jésuites qui ont fait assassiner Henri IV ; c'est encore eux qui ont fait révoquer l’Édit de Nantes, à la suite de quoi tous les protestants ont été obligés de quitter la France. (Émile Thirion, La Politique au village, p. 120, Fischbacher, 1896)
    • Un édit alla jusqu'à prononcer la peine de mort contre les trafiquants. (Étienne Dupont, Le vieux Saint-Malo - Les Corsaires chez eux, p.119, éd. Honoré Champion, 1925)
    • Comme il avait payé son emplette avec une pièce de monnaie à l'effigie du duc Raymond de Toulouse, le doyen de Beaucaire le fit incarcérer, sous prétexte qu'il avait contrevenu à un édit royal interdisant l'emploi d'une monnaie autre que celle de Nîmes. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.017
Dictionnaire Français