égarement
étymologie
Mot  composé de égarer et de -ment

nom

SingulierPluriel
égarementégarements

égarement \e.ɡaʁ.mɑ̃\ masculin

  1. (surtout au figuré) Action de s’égarer.
    • (propre) — L'expérience acquise par les gens de forêt leur permet de s'y mouvoir sans crainte d’égarement, mais seulement sur une étendue de faible dimension : on s'éloigne peu des lieux familiers car la maîtrise cognitive de l'étendue forestière est indispensable à la survie. (Roland Pourtier, « La dialectique du vide : Densité de population et pratiques foncières en Afrique centrale forestière », dans POLITIQUE AFRICAINE n° 21 : Les politiques foncières et territoriales, Karthala, mars 1986, page 11)
    • Ma belle-mère m'avait appris, dans un moment d’égarement, qu'il avait été en prison pendant vingt ans pour inceste sur ses propres filles en Normandie et interdit de séjour depuis lors dans sa région. (Rayane Mahdy, Itinéraire d’un enfant déraciné, Éditions Publibook, 2007, page 70)
    • Convaincus d'erreur par les théologiens, ils prétendaient qu'une proposition peut être vraie en théologie, tandis qu'en philosophie on en démontre la fausseté. Ce paradoxe fut sévèrement réprouvé par l’Église. […]. L'Église intervint également pour les instruire sur l'usage vrai et légitime qu'on peut faire de la philosophie ; mais Grégoire IX aussi bien que Léon X attribuèrent cet égarement au manque de connaissances théologiques. (La philosophie scolastique, exposée et défendue par Joseph Kleutgen, traduite de l'allemand par le R.P. Constant Sierp, Paris : chez Gaume frères, 1868, page 401)
    • Le cœur a ses égarements comme l’esprit.
  2. (En particulier) Dérèglement de mœurs.
    • Il est revenu des égarements de sa jeunesse.
    • Elles ont conté une histoire au père, elles lui ont dit que le coupable était un honnête garçon qui ne demandait qu’à réparer son égarement d’une heure. (Émile Zola, La Curée, 1871)
    • […] à la suite de quoi je reconduisis mon compagnon chez lui, presque ivre mort et en proie aux nausées, puis dormis avec lui après avoir humilié ma bouche et la sienne dans un réciproque égarement. (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, pages 145-146.)
    • Sybil avait compris qu'il n'avait pas sa place dans sa cruelle arène, car la nature même de son charme exigeait qu'elle lui permît d'être libre. Il fallait qu'il refusât tout égarement menant au crime et qu'il préférât l'odeur des fleurs à celle du sang. (Diane de Margerie, Le Détail révélateur, éditions Flammarion, 1974, rééd. 2007)
    • J'offre ici aux moralistes une occasion facile de triompher de moi. Mes censeurs s'apprêtent à montrer dans mon malheur les suites d'un égarement, le résultat d'un excès : il m'est d'autant plus difficile de les contredire que je vois mal en quoi consiste l’égarement, et où se situe l'excès. Je m'efforce de ramener mon crime, si c'en est un, à des proportions justes : […]. (Marguerite Yourcenar, Mémoires d'Hadrien, éditions Plon, 1951)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français