élision
étymologie
Du latin elisio, de même sens.

nom

SingulierPluriel
élisionélisions

élision \e.li.zjɔ̃\ féminin

  1. (Linguistique) Suppression d’une voyelle finale devant un autre mot à initiale vocalique. En français, on fait l’élision pour les mots suivants, en marquant dans l’écriture par une apostrophe : ce (c’), de (d’), je (j’), la (l’), le (l’), me (m’), ne (n’), que (qu’) et ses dérivés, se (s’), si (seulement dans s’il et s’ils), te (t’) et tu (t’, familier). On peut considérer aussi comme élision la suppression non orthographique d’un e caduc final devant un autre mot à initiale vocalique, comme une heure \y.n‿œʁ\ et quatre ans \ka.tʁ‿ɑ̃\.
    • Une autre caractéristique de l’accent gaga est l’élision très fréquente des schwas ou e caducs (cf. Glain2017: 92). Le schwa /ə/ est la voyelle centrale qui a la particularité de pouvoir être élidée. Les habitants de Saint-Étienne prononcent par exemple at’lier, r’gretter, m’nuisier pour atelier, regretter, menuisier. (Sophie-Anne Wipfler, Le gaga: Langue d'autrefois? Une étude linguistique synchrone (Das gaga: Sprache von damals? Eine synchrone linguistische Analyse), thèse de doctorat de philosophie, Universität Mannheim, 4 novembre 2019, p. 79)
  2. Action d’élider, fait de s’élider, ou résultat d’élider.
    • La langue du berger, du marinier, du charretier qui passe, est bien la nôtre, à quelques élisions près, avec des tournures douteuses, des mots hasardés, des terminaisons et des liaisons de fantaisie. (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Chansons et légendes du Valois, 1854)
    • La chanson en paraît encore plus naïve et charmante, entendue par fragments, avec des élisions bizarres telles qu’en renferment les chansons de pays composées en dansant, plus soucieuses du rythme que du sens du mot. (Alphonse Daudet, La moisson au bord de la mer, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 217.)
  3. Réduction, suppression.
    • L’emploi des termes « mental » et « psychologique » entraîne de fait une élision de la liberté : leur caractère est tel qu’il peut permettre à un pouvoir arbitraire de s’exercer. (Arnaud Esquerre, La manipulation mentale : Sociologie des sectes en France, Fayard, 2009, page 177)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français