étalage
étymologie
(XIVe siècle) De étaler. (1247) estalage. Signifiait « droit sur la marchandise étalée » en 1225.

nom

SingulierPluriel
étalageétalages

étalage \e.ta.laʒ\ masculin

  1. Exposition de marchandises qu’on veut vendre, ou ces marchandises elles-mêmes.
    • Modeste vit à l’étalage d’un libraire le portrait lithographié d’un de ses favoris, de Canalis. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • L’influence d’un étalage bien compris, comportant à la fois l’aspect tentateur de la marchandise savamment présentée et l’affichage d’un prix modique, est très grand sur la clientèle. (Albert Seigneurie, Dictionnaire encyclopédique de l’épicerie et des industries annexes, 1904)
    • Il fallait la voir regarder, de ses yeux bordés de rouge, les étalages des bas de soie brodés, et les chapeaux joliment chiffonnés, qui, chez les modistes, se dressent fièrement au haut des champignons de palissandre ! (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • Les attifages des riches, sans cesse transformés par ceux qui exploitent leur snobisme, sont immédiatement exposés dans les villes en des milliers d’étalages, à la convoitise de celles qui rêvent de se comparer aux plus enviées. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • J’ai donc repris la file des passants […] et nous avançâmes par saccades à cause des boutiques dont chaque étalage fragmentait la foule. (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932, édition mars 1942, p. 154)
    • Mais il y a aussi le flot ininterrompu des brochures et opuscules sur l’islam qui encombrent les kiosques et les étalages de livres sur les trottoirs des grandes villes d’Égypte. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 135)
  2. (En particulier) Marchandises qu’on étale, qu’on déploie pour servir de montre.
    • Ce magasin n’a de beau que l’étalage.
  3. (Figuré) Tout ce dont on fait parade par vanité, par ostentation.
    • Malgré tout cet étalage de loyauté, dit Ivanhoé au comte d’Essex, il est fort heureux que le roi ait eu la précaution de t’emmener avec lui, ainsi que tant de ses braves soldats. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • L'autopsie. Pourquoi faire ? Tous les poulets et pandores du Calvados ont déjà identifié le Vieux Marlou à son étalage de ratiches. (Jean-Louis Vigla, Les Poulets de Caen montrent les dents, Mon Petit Éditeur, 2015, chap. 2)
  4. (Plus rare) Action d’étaler une chose.
    • L’étalage à la main de la laine sur le tablier sans fin peut présenter des inconvénients au point de vue de la régularité de la nappe à carder. (D. de Prat, Nouveau Manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  5. (Métallurgie) Partie d’un haut fourneau. (plus courant au pluriel)
    • Dans les étalages, il a été démontré qu’avec une conduite moderne, les conditions thermiques fluctuent raisonnablement et que l’usure est dominée par les attaques chimiques. (« [//fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Haut_fourneau&oldid=109339313#cite_note-150 Haut fourneau] », Wikipédia, 21 novembre 2014)

traductions
forme fléchie

étalage \e.ta.laʒ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe étalager.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe étalager.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe étalager.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe étalager.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent du verbe étalager.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français