allemand
étymologie
(1100) En ancien français aleman, du latin Alemannus, ancien peuple germanique dont le nom signifie « tous les hommes », selon Asinius Quadratus. Aleman est d’abord devenu alemant par ajout de la terminaison en « -t » du cas régime singulier des adjectifs de deuxième classe en ancien français, puis alemand.
Le mot latin est lui-même issu du Ancien haut-allemand Alaman.

nom

allemand \al.mɑ̃\ masculin au singulier uniquement

  1. (langues) Langue parlée en Allemagne, en Autriche, en Suisse, au Liechtenstein, au Luxembourg et en Belgique (Cantons de l'Est (Belgique)).
    • Othon crut que sa vue le trompait, il avait sous les yeux des personnages qui semblaient par leurs habitudes avoir appartenu à une génération disparue depuis plus d’un siècle, et qui parlaient l’allemand du temps de Karl le Chauve. (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • La nécessité de pousser aussi loin que possible mes études d’exégèse et de philologie sémitique m’obligea d’apprendre l’allemand. Je n’avais à cet égard aucune préparation ; à Saint-Nicolas, mon éducation avait été toute latine et française. Je ne m’en plains pas. (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 166)
    • Je me décide à leur parler allemand : pour qu’ils comprennent mieux, j’emploie mon haut allemand le plus clair, la langue officielle des théâtres de Meiningen et de Weimar, le hanovrien saccadé des auteurs juifs qui déclament les traductions de Verlaine. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
synonymes traductions
adjectif

SingulierPluriel
Masculinallemandallemands
Fémininallemandeallemandes

allemand \al.mɑ̃\

  1. (Géographie) Relatif à l’Allemagne ; originaire d’Allemagne.
    • On entendait vers Noisseville des hourras et des accents lointains d’une musique allemande. (Paul Margueritte et Victor Margueritte, Le Désastre, Plon-Nourrit & Cie, 86e éd., p. 168)
    • Ne sont éligibles que les personnes de nationalité allemande et qui sont majeures. (Statut de la Caisse locale générale de secours en cas de maladie pour l’arrondissement de Metz-campagne - Valable à partir du 1er janvier 1914, § 97, imp. H. Jauch, Metz, 1914, p. 45)
    • Par la suite, le Danois Tycho Brahe et son assistant allemand Johannes Kepler ont ajouté au modèle copernicien d’autres perfectionnements touchant à l’observation ou à sa nature théorique. (Barry Williams (traduit par Claude Lafleur), L’Astrologie confrontée aux progrès de l’astronomie, dans Le Québec sceptique, no 24, décembre 1992, p. 41)
  2. (linguistique) Relatif à l’allemand, la langue allemande.
    • Il n’y a pas qu’en Allemagne qu’on utilise des mots allemands.
    • La traduction allemande de France est Frankreich.
synonymes traductions
Allemand
étymologie
voir allemand

nom

SingulierPluriel
allemandallemands

Allemand \al.mɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : Allemande)

  1. (Géographie) Habitant de l’Allemagne.
    • Le langage de l’Anglais dénote une connaissance approfondie du cœur et de la vie ; celui du Français brille d’un éclat léger, pimpant, éphémère ; l’Allemand rumine longtemps une phrase alambiquée dont le sens échappe à bien des gens […] (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842, traduit par Henri Mongault, 1949)
    • Il s’en était toujours tenu à cette idée que les Allemands étaient des individus stupides et gras, qui fumaient dans des pipes en porcelaine, passaient leur vie sur des grimoires, et se nourrissaient de viande de cheval, de choucroute et en général de toute sorte d’aliments indigestes. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 131 de l’éd. de 1921)
    • Les petits chevaux des Cosaques escaladent les amas de décombres, entre des lambeaux de murs placardés d’affiches portant la dernière proclamation de Gœbbels : « Tout Allemand doit défendre sa capitale. Les hordes rouges seront arrêtées. » (Georges Blond, L’Agonie de l’Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, p. 326)
    • Je déteste les Allemands, parbleu, mais sans conviction. (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 34.)
    • Ces bévues inclinent à l’indulgence : les Allemands sont des êtres inférieurs qui ont la chance d’être nos voisins ; nous leur donnerons nos lumières. (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 36.)
    • À cette époque, on disait rarement Allemands mais plutôt Prussiens, qu’on accusait d’être cause de tous nos malheurs et l’on faisait une différence entre Prussiens et Bavarois que l’on jugeait moins défavorablement. (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, p. 174)
    • Cet été 1911 était aussi chaud politiquement. Les Allemands, que l’on commençait à surnommer « Allémoches, billes de bois, billes de boches » ou simplement « Boches », avaient des exigences pressantes. (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 193.)
synonymes traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français