canada
étymologie
1. (1835) (Par ellipse) De reinette du Canada (1775).
2. (Par ellipse) De truffe du Canada (topinambour, puis pomme de terre)

nom


canada \ka.na.da\ ou \ka.na.dɑ\ féminin

  1. Variété de pomme de reinette.
    • Je préfère les canadas grises.
    • Elles étaient de peaux différentes, les pommes d’api au berceau, les rambourg avachies, les calville en robe blanche, les canadas sanguines, les châtaigniers couperosées, les reinettes blondes, piquées de rousseur. (Émile Zola, Le Ventre de Paris, Georges Charpentier, Paris, 1873)
    • Je suis « aux pommes » justement. Un employé est en train d’y décharger des caisses. Je lui demande s’il a des Canada, le peu qui reste sur l’étal ayant mauvais figure. (Annie Ernaux, '« Regarde les lumières mon amour », Seuil, 2014, p. 22.)
  2. (Régionalisme) Pomme de terre, ainsi que d'autres tubercules comme le topinambour.
    • Quant aux pommes de terre, les canadas, venus dans les défrichements, du terrain sec, du schiste pourri tout pailleté d’écailles irisées, on leur découvre toujours un goût nouveau […] (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Je crois, Dieu me pardonne, que vous plantez des canadas ? me cria par-dessus la baie un homme qui passait. (P.Joigneaux, L'avantage de la plantation des pommes de terre avant l'hiver, in La feuille du cultivateur, n°2 du 12/10/1854)

nom

SingulierPluriel
canadacanadas

canada \ka.na.da\ féminin

  1. (Métrologie)
    • CANADA. Que l’on écrit quelquefois canado, canhado, canhada''. Mesure de capacité pour liquides, usitée principalement en Portugal et au Brésil./>Bahia, Brésil. La canada = 5 1/7 canadas de Lisbonne/>Colombo, Île Ceylan. La canada, 5e de la velte, = 2 quarts = 30 drams = 92 ⅖ pouces cubes anglais (Horace Doursther, Dictionnaire universel des poids et mesures, anciens et modernes'' ↗, M. Hayez, Bruxelles, 1840)

synonymes
  • canado
  • canhada
  • canhado

Canada
étymologie
Du lre canada.

nom propre


Canada \ka.na.da\ masculin singulier

  1. (pays) Pays d’Amérique du Nord fondé en 1867, bordé par les États-Unis d’Amérique au sud et au nord-ouest, l’Atlantique Nord à l’est, l’Arctique au nord, et le Pacifique Nord à l’ouest.
    • — Mais qu’est-ce qu’il y a en dessous de nous ?
      — Le Canada… autant que je sache… et ça m’a l’air d’un joli pays, désert, glacé, inhospitalier…
      (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 257 de l’éd. de 1921)
    • Le Canada est un pur produit de l’empire britannique. (Marc Chevrier, « La rançon de Brennus », in Argument (revue), vol. 19, no 2, printemps-été 2017, page 122)
  2. (histoire) (politique) Colonie britannique issue de l’union du Haut-Canada et du Bas-Canada en 1840, constituée essentiellement par les territoires du Québec et de l’Ontario actuels, ayant laissé place en 1867 au Canada actuel par l’adjonction d’autres colonies britanniques d'Amérique du Nord. (Syn. : Canada-Uni)
    • La fédération a été mise en œuvre par les provinces maritimes qui voulaient discuter d’une éventuelle union des trois colonies du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard. C’est à la conférence de Charlottetown en 1864 que la colonie du Canada, par la voix de ses représentants John A. Macdonald, George-Étienne Cartier et George Brown, fit part de son intérêt à les rejoindre. Les trois conviennent que l’union des diverses colonies serait une manière de résoudre les problèmes de la colonie du Canada, une entité alors composée de deux unités : le Canada de l’Ouest (l’Ontario) et le Canada de l’Est (le Québec). (Herménilde Chiasson, « Douze dérives à propos de la Confédération », in Argument (revue), vol. 19, no 2, printemps-été 2017, page 164)
  3. (histoire) (rare) (politique) Chacune des colonies qu’étaient le Haut-Canada et le Bas-Canada (1791-1840), dans l’expression les deux Canadas.
    • Après l’union de 1707, l’Angleterre sut associer les Écossais à ses entreprises de colonisation, notamment en Amérique, où l’Écosse expédia un fort contingent d’officiers, de commerçants, de fonctionnaires qui noyautèrent vite, comme dans les deux Canadas, l’administration coloniale. (Marc Chevrier, « La rançon de Brennus », in Argument (revue), vol. 19, no 2, printemps-été 2017, page 138)
  4. (histoire) (Spécialement) (XIXe s.) Territoire non politiquement défini occupé par les Canadiens français, qui se nommaient à l'époque simplement Canadiens (par opposition aux Anglais, maîtres politiques du territoire), correspondant essentiellement à la vallée du Saint-Laurent.
    • — Quoi, toi aussi, Voisin, tu n’aimes pas mieux ton pays que cela?
      — Eh bon Dieu, est-ce que nous avons un pays, nous autres? Vous parlez sans cesse de votre pays : je voudrais bien savoir si le Canada est un pays pour quelqu’un? Deux longues lisières, à peine habitées, à peine cultivées, de chaque côté d’un fleuve, avec une ville à chaque bout : de petites villes, du milieu desquelles on voit la forêt qui se termine au pôle!
      — Oh oui, Voisin est comme cela, il ne croit pas à notre nationalité : il dit qu’il faut s’anglifier.
      (Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, Charles Guérin (roman), G.H. Cherrier, éditeur, Montréal, 1853, I, 4, page 54)
  5. (histoire) (Par métonymie) (XIXe s.) Nation canadienne française.
    • En Canada, vous trouveriez des amis, mais vous ne trouveriez aucun esprit national, aucun génie d’entreprise […] j’allais dire que vous ne trouveriez rien de ce qui anime les hommes, une nation indépendante. Tout est plat et mort sous le joug colonial […] (Lettre de François-Xavier Garneau à Edmund O’Callaghan, 23 juin 1846, citée par Éric Bédard dans Les Réformistes)
  6. (histoire) (Géographie) Région mal définie correspondant grosso modo à l'est du Canada habité actuel (provinces atlantiques, vallée du Saint-Laurent et région des Grands Lacs) choisie par la France pour fonder une colonie et en exploiter les richesses naturelles (pêcheries, fourrure et, dans une moindre mesure, bois) aux XVIe et XVIIe siècles. voir Nouvelle-France
    • Dans la région du Canada, de grandes seigneuries avaient été concédées, mais elles restaient à peu près vides d’occupants. (Jean Hamelin (historien) (dir.), Histoire du Québec, Edisem, 1977, page 103)
traductions
nom propre


Canada \ka.na.da\

  1. (Géographie) Hameau des Pays-Bas situé dans la commune de Ooststellingwerf.

nom

SingulierPluriel
canadacanadas

Canada \ka.na.da\ féminin

  1. Variété de pomme de reinette.
    • Je préfère les Canadas grises.
  2. (Régionalisme) Pomme de terre.
    • La pomme de terre Canada produit autant que l’Early rose, mais elle est de meilleure qualité […] (Société nationale d’horticulture de France, Jardins de France, 1874)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.015
Dictionnaire Français