mort
étymologie
(Noms communs) Du latin mortem, accusatif de mors, lui-même sens issu de l’indo-européen commun mer- (« mourir ») qui a donné meurtre, moribond, marasme, etc. Le substantif est attesté depuis 1080.
(Adjectif) Du latin mortuus, participe passé du verbe morior.

nom

SingulierPluriel
mortmorts

mort \mɔʁ\ féminin

  1. (biologie) Arrêt définitif des fonctions vitales (assimilation de nutriments, respiration, fonctionnement du système nerveux central).
    • Enfin, dans tous les groupes étudiés jusqu’ici, l’individualité de chaque être se manifeste dès la première apparition du germe, dès les premiers rudimens de l’œuf, et persiste pleine et entière jusqu’à la mort. (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, Les Métamorphoses et la généagénèse, Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 3, 1856, pages 496–519)
    • Ce n’est pas par lâcheté, c’est par une immense modestie que l’on renonce ce soir à la guerre, au carnage, à sa mort, à la mort surtout des autres, des camarades […] (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • J’avais l’impression de me noyer et une angoisse terrible, celle de la mort elle-même m’étreignit. (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Ne plus s’aimer, c’est pire que de se haïr, car, on a beau dire, la mort est pire que la souffrance. (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Ton père est mort, d’une mort bête. Toutes les morts sont absurdes, d’ailleurs. (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 42)
    • Les mots usuels que nous trouvons [en parlant des paysans des années 1930 au Québec] pour dire la mort varient selon les réflexes des uns et des autres : « Il a perdu le souffle, il a défunté, il a trépassé, il a rendu l’âme… » Plus poétique : « Il est parti de l’autre bord, de l’autre côté; il était au bout de son fuseau. » Moins respectueux : « Il a levé les pattes, il a fini par crever. » (Benoît Lacroix, Rumeurs à l'aube, Éditions Fides, 2015, page 213)
    • Pourquoi dire que la mort viendra comme un voleur ? Tout nous y prépare. (José Cabanis, Les cartes du temps, Gallimard, 1962, Le Livre de Poche, page 63.)
    • Privatisée, laïcisée et comme aseptisée par la médecine depuis des décennies, la mort s’était effacée de notre imaginaire collectif ; elle resurgit soudain comme une réalité imprévisible, terriblement contagieuse et pour l’instant non maîtrisable par la science. (Emmanuel Macron face au Covid-19 : la revanche des passions tristes)
  2. Moment ou lieu où cet arrêt des fonctions vitales se produit.
    • La veuve de Henri II était vêtue de ce deuil qu’elle n’avait point quitté depuis la mort de son mari. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Cette chapelle renferme le tombeau de l’évêque Radulphe, dont l’inscription donne la date de 1266, comme étant celle de la mort du prélat. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  3. (soutenu) (personnification) La mort peut être souvent personnifiée voir Mort.
    • Stendhal dit quelque part que le soldat ne craint pas la mort, parce qu’il espère bien l’éviter par son industrie ; cela s’appliquait tout à fait à ce genre de guerre que nous faisions. {{source|
    • La mort fauche. Elle fauche à tort et à travers. Peu lui importe. Ceux qu’elle a visés, elle va les chercher là où ils semblent le plus en sécurité. (Jacques Mortane, La Guerre des airs : Traqués par l’ennemi, Baudinière, 1929, page 40)
    • L’impitoyable mort.
    • Ce malheureux appelait la mort.
  4. (En particulier) Peine capitale, peine qui consiste dans la suppression de la vie. voir peine de mort.
    • Le régime antérieur avait été encore plus terrible dans la répression des fraudes, puisque la déclaration royale du 5 août 1725 punissait de mort le banqueroutier frauduleux […] (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. VI, La Moralité de la violence, 1908, page 272)
    • Deux jours après, je passai devant le conseil de guerre, qui, après plaidoirie d’un avoué allemand, me condamna à mort pour espionnage […] (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, page 31)
    • Sentence, arrêt de mort : Condamnation qui porte la peine de mort.
  5. (Par hyperbole) Grandes douleurs.
    • Cette cruelle maladie lui fait souffrir mille morts.
    • Souffrir mort et passion.
  6. (Par hyperbole) Grands chagrins.
    • La conduite de son fils lui a mis la mort dans l’âme.
  7. (Figuré) Fin, cessation d’activité.
    • Seuls, dans un des versants caillouteux de la forêt, deux ou trois vieux hêtres accusaient, par quelques feuilles roussies prématurément, l’arrivée prochaine de l’automne et la mort de l’été. (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  8. (Figuré) Ruine, destruction.
    • Les réquisitions forcées sont la mort du commerce.
    • Le monopole est la mort de l’industrie.
synonymes antonymes
traductions
traductions
nom

SingulierPluriel
Masculinmortmorts
Fémininmortemortes

mort \mɔʁ\ masculin (pour une femme on dit : morte)

  1. Personne décédée#fr-adj|décédée ; défunt.
    • Tout le monde connaît le profond attachement du peuple de Paris au culte des morts ; on sait avec quel religieux empressement il se porte aux cimetières pour prier, non-seulement à la fête de la Toussaint et de la commémoration des morts, mais tous les dimanches et les jours où le travail est suspendu.(La déportation et l'abandon des morts. Cimetière de Méry, Olmer, 1875)
    • Douce soirée où l’on pouvait encore croire — à la rigueur, le calcul des probabilités cédant à une chance inouïe — qu’il n’y aurait pas de morts pendant la guerre. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • ''Les coupes étaient remplies, mais on feignait de ne pas les voir. Brusquement ce fut le silence. Abel se leva, prit son verre et selon le rite :/>« Aux morts », dit-il d’une voix un peu rauque. Et chacun but, avec la même gravité que le dimanche, à la messe, quand l’orgue s’est tu et que l’on rompt le pain bénit. (Marcel Arland, Terre natale'', 1938, réédition Le Livre de Poche, page 58)

    • L’église chrétienne va transformer les fantômes et les revenants en âmes en peine en même temps qu’elle met en place le Purgatoire entre l’Enfer et le Paradis. Les morts ont besoin des vivants et les moines de Cluny mettent en place la fête des morts. (Claude Nachin, Les Fantômes de l’âme : à propos des héritages psychiques, 1993, p. 21)
  2. (Par euphémisme) Cadavre, dépouille mortelle.
    • À la droite du mort, elle était là, endeuillée déjà, les yeux clos […] (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 21)
    • On a enseveli le mort dans sa tombe.
  3. (cartes) (bridge) Joueur qui n’a pas à participer au jeu de la carte pendant le tour.
    • Les ailes du ventilateur, ce hanneton, chassent comme des feuilles les cartes du mort étalées sur la table […] (Paul Nizan, Aden Arabie, chap. V, Rieder, 1932 ; Maspéro, 1960, p. 76)
synonymes antonymes
traductions
traductions
traductions
adjectif

SingulierPluriel
Masculinmortmorts
Fémininmortemortes

mort \mɔʁ\

  1. Qui n’est plus vivant ; dont les fonctions vitales sont définitivement arrêtés.
    • […] je ne voulais pas me faire à l’idée que mon père fût mort, et que plus jamais il ne reviendrait. (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
    • Il venait de songer, comme à un aspect spécial de l’injustice irrationnelle du destin, que ces deux hommes vivaient, alors que Kurt était mort. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 346 de l’éd. de 1921)
  2. (En particulier) Qualifie du bois qui, même encore sur l’arbre, n’est plus irrigué par la sève.
    • Le vieux marquis tolérait que les pauvres vinssent ramasser les branches mortes […] (Octave Mirbeau, Le Gamin qui cueillait les ceps, dans Contes cruels : La Vache tachetée, 1918)
  3. Qui semble sans vie.
    • Un regard mort.
  4. (Par hyperbole) Épuisé.
    • Je suis mort de fatigue.
  5. Qui manque de vie, d’animation.
    • Ville morte.
  6. Hors service, hors d’usage.
    • Cette batterie est morte, il faut la changer.
  7. (plaisanterie) Qualifie une personne dont on suppose qu’elle va bien mais ne donnant plus de nouvelles alors qu’on était habitué à un contact régulier.
    • Et Rémi il devient quoi ?
      — Aucune idée. Il est mort, il ne m’a pas appelé depuis deux semaines.
  8. (Par extension) Éliminé.
synonymes

Qui n’est plus vivant :

antonymes
traductions
traductions
forme fléchie

mort \mɔʁ\

  1. Participe passé masculin singulier de mourir.

Mort
étymologie
Personnage mythologique : de mort.
Prénom : emprunt du mot anglais : diminutif de Mortimer.

nom propre

Mort \mɔʁ\ féminin, invariable

  1. (mythologie) (personnification) Personnage imaginaire habillé d'un large habit noir et portant une faux et qui rendrait visite aux personnes pour leur annoncer leur mort.
    • Si ce mec-là me fait la peau
      et que je crève la gueule sur l’comptoir
      si la Mort me paye l’apéro
      d’un air vicelard
      (Renaud, extrait de la chanson Marche à l’ombre)

traductions
prénom

Mort \mɔʁt\ invariable

  1. Prénom américain, diminutif de Mortimer.
    • Découvrez la biographie de Mort Shuman et apprenez en plus sur son histoire et son parcours avec Universal Music. (site www.universalmusic.fr)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.013
Dictionnaire Français