satan
nom

SingulierPluriel
satansatans

satan \sa.tɑ̃\ masculin

  1. Variante orthographique de Satan (nom commun).

Satan
étymologie
(Bible) Du latin satan, du grec ancien Σατάν, de l’hbo שטן.

nom propre

SingulierPluriel
satansatans

Satan \sa.tɑ̃\ masculin

  1. (religion) (Au singulier) Personnification du mal, du diable et de l’enfer, chez les chrétiens.
    • Promets-tu de vouer enfin à Dieu le culte qui tu as voué à l’enfer ? — Non ! répondit Kostaki. […] — Eh bien ! appelle à ton secours Satan, comme j’appelle Dieu au mien, et voyons, cette fois encore, à qui restera la victoire. (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • […] mais, si, au moyen de charmes et de sortilèges, Satan a tendu son pouvoir sur le chevalier, peut-être parce que ses regards se seront arrêtés avec trop de complaisance sur la beauté d’une jeune fille, nous avons alors plutôt à plaindre qu’à châtier sa faute. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • […] les catholiques ne se sont jamais découragés au milieu des épreuves les plus dures, parce qu'ils se représentaient l’histoire de l’Église comme étant une suite de batailles engagées entre Satan et la hiérarchie soutenue par le Christ. (Georges Sorel, Lettre à Daniel Halévy, 15 juillet 1907, dans Réflexions sur la violence, 1908)
    • Satan poussait dans les feux de la lubricité cavalcadante et dévorante ses troupeaux de nonnes charnues et de moines ityphalliques, gymnasiarques de l'amour et virtuoses des accouplements monstrueux. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 84)
    • D’après cet éminent historien de la philosophie médiévale [Stephan Speicher], Satan n’apparaît que dans des livres tardifs et apocryphes de l’Ancien Testament. Le livre d’Amos et celui d’Isaïe réfutent la possibilité de son existence (« Je suis Jahvé et il n’en est pas d’autre […] qui fasse le bien et le mal »). (Le diable, invention chrétienne ↗, Books de septembre - octobre 2016)
  2. (Par extension) Personne d’une grande perversité, qui a un penchant pour le mal, le vice ; impie, mécréant.
    • L’islam radical, […], peut conduire à une cruelle répression. Des hommes qui refusent de brider leur raison seront taxés de Satans et se verront dénier leurs droits et leur qualité d’hommes. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.112)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français