y
étymologie
(Lettre) Appelé i grec en raison de l’emprunt de la lettre upsilon dans l’alphabet grec ancien où il dénote tout d’abord le son \y\ (u français) absent du latin avant de se prononcer — en latin comme en grec — \i\.
(Pronom personnel 1) Du latin hic ; a évincé l’ancien français iv, du latin ibi.
(Pronom personnel 2) De il#fr-pronom-pers|il.
(Particule) De t-il.

lettre

y \i ɡʁɛk\ masculin invariable

  1. Vingt-cinquième lettre et sixième voyelle de l’alphabet (minuscule). Appelé i grec pour distinguer de l’i.
    • […], d’Ablancourt supprimait énergiquement les lettres doubles et mettait i pour y à peu près partout. (Émile Faguet, ''Simplification simple de l’orthographe, 1905)
  2. (populaire) Variante de lui.
    • – Et figurez-vous, madame la directrice, que j’y ai promis, quand elle aurait la croix, d’y payer le concert ou un jupon de laine : elle choisira. (Léon Frapié, Les deux mères, dans Les contes de la maternelle, éditions Self, 1945, page 21)
    • Vous la tueriez, vous n’y feriez pas dire pourquoi on l’a frappée. (Léon Frapié, Les deux mères, dans Les contes de la maternelle, éditions Self, 1945, page 22)

pronom personnel

y \i\ invariable

  1. À ceci, à cela, à ça, à cette personne.
    • Comme la nuit se refermait sur tout le bocage, le triste cocher n’y voyait guère pour parcourir la faible distance qui le menait désormais au bourg d’Arquian. (Alexis Boucot, Les Bêtes à pain, Marivole Éditions, chap. 15, 2013)
    • II est établi dans la Commune un emplacement particulier, affecté spécialement à l’abattis des porcs, et mis à la disposition du public pour cet usage, en se conformant aux règlements y relatifs. (Règlement de police de la Commune de Morges, art 178, Lausanne, Samuel Delisle, 1839, page 56)
    • Et, comme cela n’était pas suffisant, Vallese a augmenté la dose du Twin Cam en y greffant des pistons Wiseco portant la cylindrée à 1 550 cc (au lieu de 1 450 cc) […]. (Claude de La Chapelle, Passion Harley, Tana Éditions, 2014, page 140)
    • Ne vous y fiez pas.
      Ne vous fiez pas à cette personne.
  2. Auvergne-Rhône-Alpes (Bourgogne) (Suisse) Ça (comme COD).
    • Contrairement au français standard où « y » est uniquement pronom indirect (« j’y pense souvent ) ou adverbe complément de lieu (« n’y allez pas ») le gaga actuel connaît aussi l’utilisation du « y » comme pronom neutre (démonstratif ou anaphorique) complément direct du verbe (« J’y aime pas. J’y ai fait. J’y dis. »). Dans ce cas, il peut remplacer le « le/l’ » du français standard mais seulement dans un contexte de neutre. (Sophie-Anne Wipfler, Le gaga: Langue d'autrefois? Une étude linguistique synchrone (Das gaga: Sprache von damals? Eine synchrone linguistische Analyse), thèse de doctorat de philosophie, Universität Mannheim, 4 novembre 2019, p. 79)
    • T’y sais pas, ce qui lui est arrivé ?
  3. Auvergne-Rhône-Alpes (Bourgogne) (Suisse) lui#fr|Lui (à lui, à elle) (comme COI). Référence nécessaire
    • J’y ai dit d’aller voir dans la cuisine.
      Je lui ai dit d’aller voir dans la cuisine.
    • Non, j’y ai dit que j’allais appeler quelqu’un pour lui, mais c’est tout, à lui de conclure l’accord qu’y veut. (George V. Higgins, traduit par Pierre Bondil, L’art et la manière, Éditions Michel Lafon, 2012, ISBN 978-2749916101)
  4. (populaire) Il.
    • Y ne peut pas être loin… si toutefois, sa rossinante ne s’est pas clamsée en chemin !… (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Le Bouquet tragique, 1912, chapitre XV)
    • Y s’embringue dans une histoire avec sa secrétaire parce qu’il travaille tard le soir au boulot, et alors sa femme se figure qu’il pieute avec elle, ou quelque chose dans ce goût-là. (Richard Jessup, Un bruit de chaînes, traduction de Bruno Martin, Gallimard, 1956, chapitre premier, page 17)
    • Non, j’y ai dit que j’allais appeler quelqu’un pour lui, mais c’est tout, à lui de conclure l’accord qu’y veut. (George V. Higgins, traduit par Pierre Bondil, L’art et la manière, Éditions Michel Lafon, 2012, ISBN 978-2749916101)

adverbe

y \i\

  1. Ici, là, à cet endroit.
    • Après avoir situé le monde russe sur le planisphère, entrons-y pour en déterminer les caractères physiques. (Gonzague de Reynold, La formation de l’Europe : Le Monde russe, Paris : Plon & L.U.F., 1950, p.29)
    • J’y suis, j’y reste.
      Je suis là, je reste là.

traductions
pronom personnel

y \i\ masculin (pour une femme on dit : è) invariable

  1. (popu) Contraction de il ou ils, dans le langage parlé. Cette forme retranscrit la prononciation courante qui a tendance à effacer le L de il et ils.
    • Y fait beau aujourd’hui.
    • Pour moi, le plus fort, c’est le père Floconnet, le commandant qu’on avait en Champagne. Y passait son temps à faire la chasse aux colombins. (Gabriel Chevallier, La Peur, Le Livre de Poche, 2010, page 230)
    • Y a quelqu’un ? cria-t-il. (Guillaume Musso, Sauve-moi, Pocket, page 340)

particule

y \i\

  1. (vieilli) (familier) Variante orthographique du marqueur interrogatif ti#fr-part|ti après un t.
    • C’est-y vrai, Thomas ? Tu n’es donc pas connaisseur ? (Comtesse de Ségur, La Fortune de Gaspard, 1866)
    • Et puis Rousseau paiera la goutte, par-dessus le marché… C’est-y convenu comme ça ? (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière - La Justice de paix, 1885)
    • Ça y est-y ?… demanda maît’ Bottereau. (Octave Mirbeau, La Pipe de cidre, 1919)

nom

y \pə.ti i.ɡʁɛk\ (prononcé : petit y) masculin

  1. (Colorimétrie) Coordonnée colorimétrique calculée par Y / (X + Y + Z) de CIE XYZ. Note: On dit petit y pour le distinguer de Y.

Y
lettre

Y \i ɡʁɛk\ (prononcé : i grec) masculin

  1. Vingt-cinquième lettre et sixième voyelle de l’alphabet, en majuscule.

nom propre

Y \i\

  1. (Géographie) Commune française, située dans le département de la Somme.

nom

Y \ɡʁɑ̃(t‿) i.ɡʁɛk\ (prononcé : grand y) masculin

  1. (Colorimétrie) Une des valeurs tristimulus de CIE XYZ. Note: On dit grand Y pour le distinguer de y.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.019
Dictionnaire Français