abîmer
étymologie
De abîme avec le suffixe verbal -er.

verbe

abîmer \a.bi.me\ transitif conjugaison (orthographe traditionnelle) (pronominal : s’abîmer)

  1. Précipiter dans un abîme.
    • Les cinq villes que Dieu abîma.
    • Un tremblement de terre vient d’abîmer toute une ville au Japon.
    • Cette montagne, cette maison s’est abîmée tout à coup.
    • La barque s’entrouvrit et s’abîma.
    • Le roi de Thulé gardait une coupe d’or que son amante lui avait laissée en souvenir. Près de mourir et sentant qu’il avait bu pour la dernière fois, il jeta la coupe à la mer. Je garde ce cahier de souvenirs comme le vieux prince des mers brumeuses gardait sa coupe ciselée et, de même qu’il abîma son joyau d’amour, je brûlerai ce livre de mémoire. (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 197.)
  2. (Figuré) (vieux) Ruiner, détruire entièrement.
    • Cette affaire l’a abîmé.
    • Des dépenses excessives l’ont abîmé.
  3. Faire perdre en qualité.
    • ''L’agriculture intensive abîme la terre.
  4. (Figuré) & (familier) Endommager beaucoup.
    • Le vent abîme le parasol.
    • La pluie a abîmé mon chapeau.
    • La rouille abîme le fer.
    • L’ouragan abîma les blés.
    • Quelque chose a abîmé mes cheveux.
    • Ces longues pluies ont abîmé les chemins.
  5. (pronominal) Se détériorer.
    • ''Le muscle s’abîme en trop travaillant.
    • Cette robe s’abîme à la poussière.
    • Laisser des meubles s’abîmer à l’humidité.
  6. (pronominal) (Aéronautique) Amerrir d’urgence, s’engloutir.
    • Vers la droite, l’un des aéroplanes piqua follement du nez, se redressa presque perpendiculairement, explosa avec un bruit énorme et s’abîma en flammes dans la mer. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 192 de l’éd. de 1921)
    • Pourquoi l'Airbus A320 de la compagnie égyptienne s'est-il abîmé en mer Méditerranée, sans aucun signal de détresse ? (Xavier Frère, EgyptAir : toujours le mystère, Vosges Matin, 21 mai 2016)
  7. (pronominal) (Figuré) S’abandonner complètement à une pensée, à un sentiment, à un genre de vie, s’y plonger.
    • Sois poli, mon ami, et conclus de là que ce saint homme était abîmé dans une méditation qui rendait sa vue trouble et ses pieds chancelants comme s’il se fût gorgé de vin nouveau. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Et il s’abîma en des recherches mentales, évidemment compliquées et très pénibles, s’il fallait en juger par les diverses grimaces qui se succédèrent sur son visage, […]. (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Et, tournant à son tour les yeux vers la portière, il s’abîma dans une soudaine et muette rêverie. Le balancement de la voiture l’engourdissait. (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
synonymes
traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.028
Dictionnaire Français