abattage
étymologie
(1265) Dérivé de abattre, abattage est apparu sous son sens propre au XIIIe siècle, sous la graphie à un seul « t » abatage. Mais il apparaît plus tard avec deux « t », à cause probablement des deux « t » de abattre.
Dans le monde de la foresterie et de la sylviculture, il est d’usage de conserver l’ancienne orthographe abatage  Référence nécessaire. voir abatis

nom

SingulierPluriel
abattageabattages

abattage \a.ba.taʒ\ masculin

  1. (Exploitation forestière) Action d’abattre, de faire tomber les bois qui sont sur pied.
    • On ne commencera l’abattage de ces bois qu’au mois de novembre.
    • La direction a mis en place un « projet pour l’Office », avec un objectif de gain de productivité de 30 % sur cinq ans. D’où l’accent mis sur l’activité d’abattage, aux dépens de celles liées à la préservation de l’environnement ou à l’accueil du public. (Les gardes forestiers lassés de l’abattage à tout prix)
  2. (Élevage) Action de tuer des animaux, en vue de la boucherie, pour limiter la prolifération d’une espèce ou par précaution contre une épidémie.
      • Certains auteurs ont montré que la réduction du niveau alimentaire avant l’abattage détériore les qualités sensorielles de la viande, en particulier la tendreté. (Muscle et viande de ruminant, Éditions Quae, 2010, page 169)
  3. Le terme abattage sanitaire partiel est employé quand les mesures zoosanitaires à prendre ne sont pas entièrement mises en œuvre.
  4. En grande quantité.
    • Vendre à l’abattage.
  5. (construction) Action de retourner une pierre, une pièce de bois dans un chantier.
  6. (architecture) Taille, recoupement de la pierre en lui conservant une face.
  7. (industrie) Action de détacher, d’extraire un minerai d’un gisement.
    • Depuis le milieu de l’année 1984 et pour des raisons de productivité, l’abattage des terrains de découverture de la mine à ciel ouvert de Bellezane est réalisé avec des fronts de 15 m de haut. (Les techniques, vol. 70, n° 1 à 3, Société de l’industrie minérale, 1988, page 111)
  8. (marine) Action d’abattre un navire, c’est-à-dire de le mettre sur le côté pour le réparer.
  9. (cartes) À certains jeux, action d’abattre, de poser et dévoiler ses cartes sur la table ou le plateau de jeu.
  10. (Figuré) Sévère correction.
    • Il avait bu une fois de plus et j’ai pris un de ces abattages !
  11. (Figuré) Vigueur, entrain.
    • Dis donc, ce matin, tu as de l’abattage !
  12. (argot) Forme de prostitution qui consiste à réaliser un grand nombre de passes chaque jour.
    • Les jours de marché, de foire, de fête, de solde militaire et de salaire, les six filles ne suffisaient probablement pas à répondre à la demande, mais on était loin des conditions quotidiennes d’abattage connues dans certaines maisons parisiennes comme « Le panier fleuri » ou dans les bouges non déclarés. (Régis Latouche, Une maison de tradition : le 52 ; Bruyères et la prostitution, 1800-1946, Journées d'études vosgiennes, 2005)
  13. (argot) Réprimande de patron à ouvrier.
  14. (cartographie) Modelage consistant à riper les gradins à l’outil.
synonymes
traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
  • anglais : dressing down



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.013
Dictionnaire Français