abnégation
étymologie
(XIVe siècle) Du latin abnegatio.

nom

SingulierPluriel
abnégationabnégations

abnégation \ab.ne.ɡa.sjɔ̃\ féminin

  1. Renoncement, sacrifice.
    • Cette responsabilité d'honneur, cette abnégation magnifique donnèrent insensiblement à la jeune marquise une dignité de femme, une conscience de vertu […]. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Si donc l’histoire récom­pense l’abnégation résignée des hommes qui luttent sans se plaindre et accomplissent sans profit une grande œuvre de l'histoire, comme l'affirme Renan, nous avons une raison nouvelle de croire à l'avènement du socialisme, […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chapitre VII, La morale des producteurs, 1908, page 330)
    • Je n’ai pas de leçons à donner, mais s’il y avait eu des smartphones quand j’avais 18 ou 20 ans, je ne sais pas si j’aurais eu le même parcours. Car il m’a demandé beaucoup de travail et un peu d’abnégation. (Thomas Pesquet : « Le plus grand obstacle à la réussite est l’autocensure »)
  2. (Théologie) Détachement de tout ce qui n’a pas rapport à Dieu.
    • Pour s’attacher uniquement à Dieu, il fait abnégation de ce que l’homme a de plus cher.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.012
Dictionnaire Français