abside
étymologie
(XVIe siècle) Du latin apsis [1], fréquent sous la forme absida en latin chrétien voir apside.

nom

SingulierPluriel
absideabsides

abside \ap.sid\ féminin

  1. (Antiquité) Tribune ou grande niche surmontée d’une voûte qui terminait les basiliques antiques, décrite par les premiers écrivains chrétiens.
  2. (Par extension) (architecture) (religion) Extrémité d’une église, derrière le chœur, de forme arrondie en hémicycle.
    • En traversant le bourg de Garchy, on s'arrête pour jeter un coup-d’œil sur l’abside à pans coupés de son église, et pour considérer l’entablement garni de têtes de clous et soutenu par des modillons ornés de feuilles de fantaisie et de figures bizarres d'animaux. (Abbé Bourrassé, Esquisse archéologique des principales églises du diocèse de Nevers, Nevers : chez I.-M. Fay, 1844, page 97)
    • Mon espace à moi, c’était celui qui s’étendait du portail à l’abside; ma liberté, c’était de rêver, pendant deux heures, à genoux sur une tombe ou accoudé à une colonne. (Alexandre Dumas, ''Les Mille et Un Fantômes)
    • L’ombre éternelle y était pourtant très douce, tombée de la croupe géante de l’abside, une ombre religieuse, sépulcrale et pure (Émile Zola, Le Rêve, Georges Charpentier et Cie, Paris, 1888)
  3. (architecture) Voûte, partie semi-circulaire.
    • Cette église se compose d’une nef […], et d’un transept avec abside et chapelles, datant du commencement du XIVe siècle. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français