accommoder
étymologie
Du latin accommodare ou adcommodare  composé de ad- et de commodo.

verbe

accommoder \a.kɔ.mɔ.de\ transitif direct ou pronominal conjugaison

  1. Donner, procurer de la commodité.
    • Cette pièce de terre l’accommoderait bien, accommoderait fort son parc.
    • Cette place l’accommoderait parfaitement.
    • Il est habile à s’accommoder.
  2. (vieilli) Ranger, agencer.
    • Il a bien accommodé sa maison, son jardin.
  3. (cuisine) Apprêter.
    • Les oreilles de veau ont de commun avec les pieds et les cervelles, l’avantage de pouvoir être frites ou mangées à la poulette ; et de plus elles se laissent farcir, accommoder aux pois, aux oignons, au fromage, etc. (Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynière, Almanach des gourmands : servant de guide dans les moyens de faire la bonne chère, Maradan, Paris, an XII, page 12)
    • « Je voudrais bien prendre quelque chose. ― Prenez une chaise, répond l’hôtelier. ― Fort bien ; mais j’aimerais mieux prendre n’importe quoi de plus nourrissant. Qu’avez-vous apporté ? poursuit le maître de la posada. ― Rien, répond tristement le voyageur. ― Eh bien ! alors, comment voulez-vous que je vous fasse à manger ? Le boucher est là-bas, le boulanger est plus loin ; allez chercher du pain et de la viande, et, s’il y a du charbon, ma femme, qui s’entend un peu à la cuisine, vous accommodera vos provisions. » (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Les bonnes femmes de mon pays appellent « mirliton » le fruit d'une cucurbitacée que les botanistes ont baptisée, allez leur demander pourquoi, « Sechium edile », et qu'elles accommodent en cent manières succulentes, […]. (Conjonction : bulletin de l'Institut français d'Haïti, n° 110 à 113, Port-au-Prince, 1969, page 74)
  4. (vieux) Habiller, vêtir, coiffer, arranger des cheveux.
    • (ironique) Il l’a bien accommodé d’importance, comme il faut : Il l’a maltraité ; il l’a traité durement comme il le méritait.
    • Vous voilà accommodé d’une étrange manière.
    • Il est tout couvert de boue, le voilà bien accommodé.
    • Et pourtant le bon sens s’oppose à ce qu’une impératrice s’accommode comme une danseuse, qui semblerait une manière de provocation aux bonnes mœurs. {{source|
  5. (vieilli) S’arranger d’une chose, consentir à l’acheter, à la recevoir en échange.
    • Vous avez un beau cheval, voulez-vous m’en accommoder ? Je vous accommoderai de ma maison, si vous voulez l’acheter.
    • Vous avez un bois près de mon domaine, j’ai un pré qui tient au vôtre, nous nous accommoderons si vous voulez.
  6. En parlant des affaires qu’on termine à l’amiable et des personnes que l’on met d’accord.
    • Il faut accommoder cette affaire, ce différend, cette querelle.
    • Ils étaient près de se battre, on les a accommodés.
    • Je n’ai guère de conseils à vous donner, puisqu’il m'apparaît que vous avez très convenablement accommodé les choses sans moi. (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 265)
  7. Conformer, approprier à, etc.
    • Les courtisans savent accommoder leur goût, leur humeur, leurs discours à ce qui plaît au prince.
    • Il accommode son langage aux circonstances.
    • Être peu accommodé des biens de la fortune : N’être pas riche, n’être pas à son aise.
    • Elles apercevaient, par-dessus une forêt d’arbres l’extrémité pointue d'une vieille tour accommodée en colombier et surmontée d'un épi de terre cuite. (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 35)
    1. (Acadie) Vider un animal, en parlant surtout du poisson.
      • Accommoder la morue.
  8. (pronominal) S’habituer à ; se conformer à.
    • Le rigorisme de mon père s’accommodant mal de ce genre de tractations, la parole a été passée au chef de cabinet qui notifie officiellement à M. Janvier de la Motte l’indulgence administrative. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • La bizarrerie administrative dont elle est victime, Othe s’en accommode depuis fort longtemps. Pensez donc ! Depuis 1790 (création des départements) qu'elle vit avec son statut d'enclave meurthe-et-mosellane en territoire meusien, elle s’est fait une raison. (Xavier Brouet & Richard Sourgnes, « Anecdote : Othe, l'irréductible village entre en résistance », dans La Lorraine pour les Nuls, Éditions First, 2012, page 372)
  9. Se servir d’une chose sans y avoir droit, comme si l’on en était le propriétaire.
    • Il s’accommode de tout ce qu’il trouve sous sa main.
  10. Trouver une chose à son goût ou à sa convenance.
    • Dès lors, l’association à Limnanthemum s’appauvrit au profit d’Hélophytes pourvues d’organes de multiplication végétative […] et de certaines espèces amphibies […] dont la plasticité écologique s’accommode des conditions nouvelles. (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne ↗, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, [//ori-nuxeo.univ-lille1.fr/nuxeo/site/esupversions/6cfe60d7-a710-46a8-b32d-4a32b4c31a74 p. 65])
    • Pour que le cresson pousse, il n’y a point besoin d’un climat spécial : c’est une plante qui s’accommode sans souffrir d’une température même rigoureuse l’hiver. (Cultivez le cresson des fontaines : la santé du corps, dans Almanach de l’Agriculteur français - 1932, éditions La Terre nationale, page 28)
  11. (Désuet) Accommoder ses affaires.
    • Il devient riche, il s’est accommodé.
    • Je l’ai vu pauvre, mais il s’est bien accommodé.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français