acquisition
étymologie
(1283) Du latin acquisitio.

nom

SingulierPluriel
acquisitionacquisitions

acquisition \a.ki.zi.sjɔ̃\ féminin

  1. Action d’acquérir.
    • Par suite de l’acquisition faite par les États-Unis, en 1802, de la partie occidentale de la Géorgie, où résidaient les Chérokées, ceux-ci se trouvèrent placés sous la juridiction immédiate du gouvernement général, […]. (Anonyme, Civilisation des Indiens Chérokées, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Quelquefois, au contraire, c'est le Diable qui vend des poules noires, et l'on devine à quel prix ! Alors, ce volatile infernal procure à celui qui en a fait l’acquisition tous les trésors qu'il peut désirer. (Germaine Laisnel de la Salle, Croyances et légendes du centre de la France: souvenirs du vieux temps, tome 2, Paris : chez A. Chaix & Cie, 1875, p. 241)
  2. (Par extension) La chose acquise elle-même.
    • Marx comparait le changement d'ère historique à une succession civile ; les temps nouveaux héritent des acquisitions antérieures. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.II, Les préjugés contre la violence, 1908)
    • Venez voir ma nouvelle acquisition.
  3. (astronautique) (Télécommunications) Réception d'un signal identifiable provenant d'un émetteur artificiel ou naturel.
    • Pour vérifier la répétabilité de l’étalonnage, nous avons réalisé deux séries d’acquisitions d’images du corps noir à différentes températures (de 17°C à 23°C avec un pas de 0.25°C). (Vincent Honorat, Analyse thermomécanique par mesure des champs élastomères, thèse de doctorat, Université de Montpellier II, janvier 2006, page 145)

traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français