ais
étymologie
(XIIe siècle) Du latin axis.

nom

ais \ɛ\ masculin

  1. (vieilli) Planche de bois.
    • les bières / N’ont pas leurs ais hideux mieux joints que ces jambières ; (Victor Hugo, La Légende des siècles, 1859, p. 190)
    • Une inscription en lettres noires ainsi conçue : Cofre del Cid, donna tout de suite, comme vous pouvez le croire, une énorme importance à ces quatre ais de bois pourri. (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • La nature semblait reprendre haleine, et de nouveau, la rafale se déchaînait avec une épouvantable force. On sentait la maison trembler sur ses pilotis, les ais craquer, les poutres gémir. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 1873)
    • […] ; mais sa manière de vivre lui avait été indiquée une fois pour toutes ; en tant que coucher, une paillasse étendue sur des ais de bois ; en guise de nourriture un régime champêtre et monacal comme elle, du lait, du miel et du pain […]. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Franz, agenouillé, cherchait à ébranler les ais, se déchirant les mains aux ferrures, […] (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, p. 156-166)
  2. (En particulier) Planche de chêne ou de sapin tirée des bateaux que l’on défait, et qui servaient à faire des cloisons légères.
  3. (reliure) Planchette recouverte de peau ou d’étoffe, utilisée pour les plats des reliures médiévales.
  4. (reliure) Terme générique désignant toutes les pièces de bois minces servant à l’usage du relieur. Ils se divisent aujourd’hui en entre-deux et en membrures. Au XVIIIe siècle, ils comprenaient les ais à endosser, à presser, à rogner de devant, à rogner de derrière, à fouetter. On les fabriquait généralement en bois de hêtre bien poli. (Albert Maire, Manuel pratique du bibliothécaire, Lexique des termes du livre, page 283, Alphonse Picard et fils, 1896)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.019
Dictionnaire Français