ajourner
étymologie
(XIIe siècle) De l'ancien français ajorner voir ajour pour le sens. Littré note : « Il est fâcheux que nous ayons perdu [ce sens] ; car nous sommes réduits à une périphrase : il fait jour, le jour naît. » Le verbe est tombé en désuétude au XVIIe siècle et est absent des trois premiers dictionnaires de l'Académie.
(XVIIIe siècle) Le sens moderne de « remettre à un autre jour » est un emprunt à l’anglais adjourn, emprunté à la langue politique anglaise, lui-même de l’ancien français. Il est attesté dans la quatrième édition du Dictionnaire de l'Académie.

verbe

ajourner \a.ʒuʁ.ne\ transitif ou pronominal conjugaison (pronominal : s’ajourner)

  1. Remettre à un autre jour la poursuite d'une affaire.
  2. Renvoyer, en matière de délibération, à un certain jour ou à un temps indéterminé.
    • Ajourner une affaire, une question, une discussion.
    • La séance fut ajournée au lundi de la semaine suivante.
  3. (Justice) Assigner quelqu’un à un certain jour en justice.
    • Ajourner par exploit.
    • Ajourner des témoins.

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.010
Dictionnaire Français