amarrer
étymologie
(XIIIe siècle) Du néerlandais aanmaren ou aanmarren [DRAE].
De l’occitan amarrar, lui-même formé sur mar, la mer.

verbe

amarrer \a.ma.ʁe\ transitif conjugaison

  1. Lier à l’aide d’une corde ou d’un objet similaire à un autre objet dans le but d’éviter que l’un ne s’éloigne de l’autre.
    • Au moyen de palans je « roidis » les étais et j'amarre le beaupré aussi solidement qu'il est possible sur le pont maintenant rasé à l'avant. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Il fallait frapper un orin sur la patte de l'ancre, en se penchant au-dessus du bastingage, amarrer solidement à l'autre extrémité un flotteur, une « couille de loup » disaient les marins, ajuster la longueur en fonction du fond et lancer le tout à l'eau, […]. (Laurent Mérer, Le roman des marins, Éditions du Rocher, 2017)
  2. (marine) Lier à l’aide d’un bout d’amarrage ou une amarre un bateau au quai ou à un autre bateau.
    • Après un gros effort, nous accostâmes un grand floe sur lequel nous nous amarrâmes avec des ancres à glace. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Amarrer un navire aux anneaux du quai, une chaloupe au rivage.
  3. (argot) (rare) Arrêter, aborder quelqu’un.
antonymes
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.034
Dictionnaire Français