amour-propre
étymologie
Composé de amour et propre#adj|propre au sens de « qui appartient exclusivement à une personne ».

nom


amour-propre \a.muʁ.pʁɔpʁ\ masculin

  1. (Plus rare) Sentiment légitime et nécessaire qui attache chaque personne à son existence et lui fait rechercher son bien-être.
    • Amour-propre et vanité, qui inspirez quelquefois de si grandes choses, que de crimes on commet en votre nom, quand on vous place mal ! (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 367.)
    • Dans des entreprises semblables, […], il faut écarter tout sentiment d’amour-propre et idée de confort ; ce fut vite fait. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Quelle raison aurais-je de fréquenter chez vous ? J’ai de l’amour-propre. Tout le monde n’apprécie pas d’être la cinquième roue du carrosse. (Anton Tchekhov, Polinka, traduction Anne Coldefy-Faucard, Librio 698, 2004, E.J.L.)
    • L’amour-propre bien entendu est le fondement de plusieurs de nos vertus, est le mobile de beaucoup de bonnes actions.
    • L’amour-propre a été donné à chacun pour veiller à sa conservation.
  2. Importance que l’être humain attache à ce qui lui est personnel, opinion trop avantageuse qu’il a de lui-même.
    • Ce n’est pas seulement à chaque individu que la nature a distribué les dons heureux d’amour-propre ; chaque peuple, chaque nation, chaque ville même en a reçu une assez bonne dose. […] Les Français se piquent de politesse ; les Parisiens se glorifient surtout d’avoir dans leur Sorbonne la plus savante école de théologie. (Érasme, Éloge de la folie, 1509, traduction de Thibault de Laveaux en 1780, éd. 1942)
    • Ce n’est qu’en 1913 — avec l’élection de M. Raymond Poincaré à l’Élysée et la désignation de M. Millerand au Ministère de la Guerre — qu’une véritable éruption d’amour-propre national, ou plutôt nationaliste, recouvre la France, plus exactement la presse française, soignée par le gouvernement. (Victor Margueritte, Au bord du Gouffre, 1919)
    • Mrs. Paulina Barnett, présente à l’opération, apprit avec satisfaction qu’elle allait enfin franchir le Cercle polaire. Amour-propre de voyageuse, bien admissible, en vérité. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Je n’ai jamais vu une telle absence d’amour-propre. Il riait le premier de lui-même, de ses bévues à demi intentionnelles, des plaisantes situations où le mettait sa naïveté. (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 156.)
    • D’ailleurs, cela flattait l’amour-propre du vieillard de donner sa fille à ce garçon, issu d’une bonne famille de Guelma, […]. (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Comme la plupart des maris qui sentent le joug d’un esprit supérieur, le marquis sauvait son amour-propre en concluant de la faiblesse physique, à la morale de Julie […]. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
  3. (avant début XVIIIe siècle) Égoïsme.
synonymes
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.008
Dictionnaire Français