antenne
étymologie
Du latin antemna.

nom

SingulierPluriel
antenneantennes

antenne \ɑ̃.tɛn\ féminin

  1. (marine) (vieilli) Longue vergue qui s’attache obliquement au mât, pour soutenir une voile triangulaire.
    • L’antenne tient lieu de la vergue dans les voiles latines, mais il est beaucoup moins dangereux de se tenir sur les vergues, car elles sont toujours dans une position horizontale. (Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse, Sixième journée : Suite de l’Histoire de Zoto, 1804-1810)
    • Le gros bout d'une antenne s'appelle carnal : c'est où est frappé l’oste , ou c'est aussi l’empointure inférieure de la voile. (Jean-Baptiste Philibert Willaumez, Dictionnaire de marine, 3e éd., 1831, p.130)
  2. (marine) (vieilli) (Désuet) Rang de futailles placées les unes sur les autres dans la cale.
  3. (zoologie) (entomologie) Appendice articulé en forme de corne, que les insectes portent sur la tête, et que l’on croit être pour eux l’organe principal du tact.
    • L’antenne de ce Leptodactyle se compose de dix articles bien comptés. Le premier, ou l'article basilaire qui forme le pédicule de toute l’antenne, est corroïde et d'une conformation ordinaire. (Victor Audouin & Milne-Edwars, Annales des sciences naturelles: Zoologie, vol.1, p.65, Crochard, 1834)
    • On peut même couper avec des ciseaux les deux antennes d'un Zygène sans troubler son repas, bien qu'une goutte de sang jaune vienne perler sur la surface de section. (Paul Portier, La biologie des lépidoptères, Éditions P. Lechevalier, 1949, note 1 p. 445)
  4. (Figuré) Ce qui permet aux personnes de percevoir intuitivement ou intellectuellement leur environnement.
    • Pas davantage n'avait-il pu acquérir les antennes, indispensables aux politiques, dont la pratique des affaires pourvoit d'aventure ceux auquel la nature, en les dotant d'intelligence, a refusé l'intuition. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
  5. (tech) (Télécommunications) Appareillage métallique passif isolé de la terre et relié à des appareils de radiocommunication, destiné à émettre ou recevoir des ondes radio.
    • Tous les bras disponibles travaillaient à la confection d’un mât, auquel les électriciens du Vaterland accrocheraient les longues antennes de l’appareil de télégraphie sans fil qui devait enfin relier le Prince au monde extérieur. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 270 de l’éd. de 1921)
    • Les antennes de l'appareil étaient toutes secouées, dans la nuit, d'une vibration puissante, et le récepteur enregistrait à mesure les mots d'une dépêche en langue espagnole lancée par la station de Nauen. (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.112)
  6. (Par métonymie) Chaîne de radio ou de télévision.
    • Plus de nos jours... Ne rien cacher tout étaler... Nous c'est l'ère du bikinisme, de l’àpoilisme. Ni dissimulation ni tricherie, tout sur les antennes, les écrans et les ondes, capté par les populations. (Clarisse Francillon, Le champ du repos: roman, éditions L'Abbaye du livre, 1974, page 89)
  7. (Par extension) Implantation locale d’une organisation.
    • L’antenne de la mairie est dans la troisième rue à gauche

traductions
  • allemand : Fühlhorn
  • italien : antenna

traductions
traductions
  • anglais : branch; local office

Antenne
nom propre

Antenne

  1. Rivière français du Poitou-Charentes, affluent de la Charente, qui arrose Cognac.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.035
Dictionnaire Français