apôtre
étymologie
Chanson de Roland (1080) : apostle. Du latin ecclésiastique apostolus, emprunté au grec ancien ἀπόστολος.

nom

SingulierPluriel
apôtreapôtres

apôtre \a.potʁ\ masculin (pour une femme on dit : apôtresse)

  1. (Bible) (religion) Une des douze personnes que Jésus-Christ choisit particulièrement, entre ses disciples, pour prêcher l’évangile.
    • Le sanctuaire, dont les piliers sont décorés des statues des Apôtres, était entièrement peint. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  2. (analogie) Chacun des enfants dont on lave les pieds le Jeudi-Saint, lors de la cérémonie de la Cène.
  3. (Par extension) Celui qui, le premier, a prêché la foi dans quelque pays.
    • Saint Denis est l’apôtre de Paris.
    • Saint François-Xavier est l’apôtre des Indes.
  4. (Figuré) Celui qui se voue à la propagation et à la défense d’une doctrine, d’une opinion, d’un système.
    • En apparence, ce turbulent apôtre des lumières fait contraste avec ses ancêtres confits en dévotion et abondants en patenôtres. (Ernest Denis, ''La Question d'Autriche ; Les Slovaques, Paris, Delagrave, 1917, in-6, p.60)
    • Ce conflit dynastique dégénérerait en guerre européenne. C'est pourquoi Dubois se pose en apôtre de la paix. (Évelyne Lever, La diplomatie secrète du mystérieux abbé Dubois, dans Marianne (magazine) n° 765, 17 décembre 2011)
  5. (Au pluriel) (argot) (vieilli) (rare) Les doigts des mains.
  6. (marine) Allonge qui consolide le beaupré.
    • […] ; l’autre portion forme le gaillard d'avant, compris depuis les apôtres jusque vers le bout de l’arrière des porte-haubans de misaine. (Jean-Baptiste-Philibert Willaumez, Dictionnaire de marine, 3e éd., 1831, p. 302)
  7. (histoire) Lettre par laquelle un condamné dénonçait appel au juge qui avait prononcé la sentence.

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.020
Dictionnaire Français