arguer
étymologie
(XIe siècle) Du latin arguere.

verbe

arguer \aʁ.ɡɥe\ transitif conjugaison (orthographe traditionnelle)

  1. Tirer une conséquence d’un fait, d’un principe.
  2. (droit) Établir avec évidence.
    • Arguer un acte de faux.
  3. (droit) Accuser.
    • Arguer une pièce de faux.
    • Des hommes moins détachés qu’eux de tout amour-propre auraient triomphé le jour où le maître de ces brillants paradoxes, Lamennais, qui les avait presque argués d’hérésie et de froideur pour le saint-siège, devint lui-même hérétique et se mit à traiter l’Église de Rome de tombeau des âmes et de mère d’erreurs. (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 126.)
  4. Affirmer, dans le contexte d’un argument.
    • Jef Last dut arguer que ce petit divertissement servait à lui reposer les méninges. (André Gide, Retour de l’U.R.S.S., 1936)

verbe

arguer \aʁ.ɡɥe\ intransitif

  1. Prétexter, tirer argument d’une chose.
    • L’expérience nous a toujours montré jusqu’ici que nos révolutionnaires arguent de la raison d’État, dès qu’ils sont parvenus au pouvoir, […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. III, Les préjugés contre la violence, 1908, p. 145)
    • L’homme argue de son droit avec une suffisance presque impertinente, une humilité feinte qui voile une ironie bien claire : […]. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)

traductions
verbe

arguer \aʁ.ɡe\ transitif conjugaison

  1. (arts) (histoire) Filer l’or ou l’argent avec l’argue.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.008
Dictionnaire Français