argument
étymologie
Du latin argumentum, dérivé de arguere.

nom

SingulierPluriel
argumentarguments

argument \aʁ.ɡy.mɑ̃\ masculin

  1. (logi) Raisonnement construit selon certaines règles, par lequel on tire méthodiquement une conséquence d’une ou de deux propositions.
    • Les mystères, étant supra-rationnels, ne sauraient être démontrés ; mais, comme ils ne sont pas pour cela anti-rationnels, les arguments qui tendent à établir qu’ils sont absurdes n’ont aucune valeur probante et peuvent être apodictiquement réfutés. (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, éd.1966)
    • Personne ne pouvait prononcer une phrase, dire un mot, apprécier un argument, juger un fait sans qu’aussitôt les autres ne demandassent : « la conclusion ? » (Louis Pergaud, Un point d’histoire, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. Indice, preuve qui sert à affirmer ou à nier un fait.
    • Pour le moment, il y a un argument qui pèse lourd en faveur du monomoteur : les avions monomoteurs sont beaucoup plus rapides que tous les trimoteurs. (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Et si vous lui disiez qu’une fois le doigt dans l’engrenage, la main, le bras y passent et que le corps tout entier est happé, broyé, croyez-vous qu’il vous rembarrerait ? Venant d’un homme comme vous l’argument porterait. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  3. (Figuré) Moyen pour convaincre.
    • C’était un chaud lapin, disait-on au village, où il passait pour user envers les femmes d’arguments irrésistibles. (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, 1921)
    • Il faut donc trouver un argument-massue, un argument capable de semer le doute dans l’âme des ouvriers, d’ébranler leur confiance, d’amener des défections de plus en plus nombreuses, puis des désertions massives. (Paul Alexis Ladame, Le destin du Reich, éd. Perret-Gentil, 1945, page 113)
    • D’après la liste précédente, les arguments évoqués par les conspirationnistes demeurent circonstanciels et indirects. Ils ont d’ailleurs tous fait l’objet de réfutations détaillées […]. (Louis Dubé, L’argument déterminant et les théories du complot, dans Le Québec sceptique, n° 67, p.5, automne 2008)
  4. (vieilli) Partie d’une thèse soutenue publiquement dans une université.
  5. Sujet en abrégé d’un ouvrage.
    • Si la concision de ce récit le rend sec, on pardonnera cette sécheresse en faveur du désir d’achever promptement cette scène, et à la nécessité de raconter l’argument qui domine tous les drames. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • « Mais c’est qu’il aime Corneille ! » Je ne l’aimais pas : les alexandrins me rebutaient. Par chance l’éditeur n’avait publié in extenso que les tragédies les plus célèbres ; des autres il donnait le titre et l’argument analytique : c’est ce qui m’intéressait : « Rodelinde, femme de Perharite, roi des Lombards et vaincu par Grimoald, est pressée par Unulphe de donner sa main au prince étranger.. » (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, pages 62-63.)
  6. (Mathématiques) Inverse d'une fonction hyperbolique  [1] [2]
  7. (prog) paramètre#fr|Paramètre fourni lors de l’appel à une fonction ou à un sous-programme.
antonymes
traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.021
Dictionnaire Français