asphalte
étymologie
Du latin asphaltus, lui-même issu du grec ancien ἄσφαλτος.

nom

SingulierPluriel
asphalteasphaltes

asphalte \as.falt\ masculin

  1. Bitume compact, noir et luisant, très fusible, que l’on trouve à la surface de quelques lacs, et particulièrement sur la mer Morte ou lac Asphaltite dans l’ancienne Judée.
    • Asphalte de Judée, de Suisse.
    • L’asphalte entre dans plusieurs compositions pharmaceutiques.
    • Le bitume libre qu’on ajoute est évidemment absorbé par celui déjà logé dans les pores du calcaire ; véhiculé par lui, il pénètre jusque dans les plus intimes cavités de l’asphalte, comme une goutte d’huile suit le chemin tracé par une autre goutte ; mais on ne saurait prétendre que le bitume libre apporte avec lui des propriétés nouvelles ; ses fonctions sont purement accessoires ; il aide à la fusion de la roche ; il supplée aux huiles imprégnantes perdues par l’évaporation, il prépare la pâte pour la trituration et la cuisson, comme la salive, si l’on veut nous permettre cette comparaison, humecte les aliments, les dispose pour la mastication et favorise leur transformation. (Léon Malo, « N° 4 : Note sur l’asphalte », in Annales des ponts et chaussées : Mémoires et documents relatifs à l’art des constructions et au service de l’ingénieur, tome I, 4e série, Dunod, Éditeur, Paris, 1861)
  2. Béton bitumineux dont on recouvre, dans les grandes villes, la chaussée des rues.
    • Depuis la situation a changé. Les pavés recouverts de macadam ou d’asphalte disparaissent si profondément que les contestataires ne peuvent les deviner et surtout les en extraire. (Thierry Paquot, Dicorue : Vocabulaire ordinaire et extraordinaire des lieux urbains, CNRS Éditions, 2017)
  3. (familier) (Par extension) La chaussée elle-même.
    • Pour un garçon qui, la veille encore, voyageait à Paris en voiture et n’avait fatigué ses pieds que sur l’asphalte du boulevard, la transition était brusque. (Amédée Achard, Récits d’un soldat, 1871)
    • […], il venait d'apercevoir, penchée sur un morceau de chevreau auquel elle cousait des élastiques, la silhouette invraisemblable, mais trop connue pour qu'il s'y trompât, d'une ancienne greloteuse haut cotée sur l’asphalte parisien. (Léo Trézenik, « Madame Jaquin », dans Les Gens qui s'amusent, Paris : chez E. Giraud, 1886, p. 21)
    • Un adolescent est retiré de la file. Juste avant qu’une forte détonation venue d’une tour militaire l’envoie bouler sur l’asphalte, la tête broyée par une balle de mitrailleuse. (Calixte Baniafouna, Devoir de mémoire, L’Harmattan, 2001, p. 160)
    • Il alluma la lampe de son bureau et remonta le store vénitien. Dans la cour, les réverbères ambraient l’asphalte par flaques. (Susan Hill, Où rodent les hommes, traduit de l’anglais par Johan-Frédérik Hel Guedj, Robert Laffont, 2006, 2012)

traductions
traductions
forme fléchie

asphalte \as.falt\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de asphalter.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de asphalter.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de asphalter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de asphalter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de asphalter.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.013
Dictionnaire Français