avalanche
étymologie
avallanche, avalange , avalanche « masse de matériau qui se détache d’une hauteur et se précipite vers le bas », par croisement de aval et lavanche, lavange , celui-ci emprunté au Savoyard (langue) frp lavençhe, avec suffixation en -ençhe de lavino (Dauphiné), du latin médiéval labina (VIIIe siècle), dérivé du classique labi. Il provient également de l’occitan lavanca et avalancha et on retrouve les verbes avalar et avalancar dans la langue.

nom

SingulierPluriel
avalancheavalanches

avalanche \a.va.lɑ̃ʃ\ féminin

  1. (propre) (glaciologie) Masse considérable de neige qui se détache du sommet des hautes montagnes et s’écoule parfois jusque dans les vallées. Ce peut être aussi le mouvement de cette masse de neige.
    • La chute d’une avalanche.
    • Ce village a été détruit par une avalanche.
    • Un alpiniste tousse, et il déclenche l’avalanche. (Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, XX, 1942)
  2. (analogie) Masse importante d’une chose qui tombe sur quelque chose ou quelqu’un.
    • Des avalanches liquides heurtaient le cap Bathurst, et si violemment que l’on pouvait craindre pour sa solidité, désormais fort problématique, […]. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • L’avalanche de nos obus et de nos torpilles dura quatre longues heures. Nous fîmes « exploser » jusqu’à quinze fourneaux de mines, dont certains chargés de 3.000 kilos de lydite. La terre, dit un témoin était toute secouée d’un immense frisson.(Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1915, p.177)
  3. Flux important de choses.
    • Depuis l’aube, les troupes passaient la Moselle. C’était, sur le tremblement des ponts de bois, l’avalanche interminable des régiments. (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, p.184, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie)
    • Dans toutes les Bourses de la terre, ce fut une avalanche de titres que les porteurs voulaient vendre ; les banques suspendirent leurs paiements, les affaires furent paralysées et cessèrent ; […]. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 288 de l’éd. de 1921)
    • Leur sourire béat exprima une tranquille indifférence en même temps qu’une satisfaction replète à la pensée de l’avalanche de titres russes, norvégiens, suédois qu’ils se préparaient à déverser sur leur clientèle. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
  4. (Figuré) Série de choses, d’évènements indésirables qui arrive tout à coup.
    • D'un coup, une avalanche de calendriers, d’horloges biologiques, de dates de naissance et d’avis de caisse de retraite lui tombèrent sur le râble. Mais qui intéresserait-il encore ? (Michel Embareck, « La dernière chance », nouvelle n° 9 de La souris déglinguée : 30 nouvelles lysergiques, sous la direction de Jean-Noël Levavasseur, Éditions Camion Blanc, 2011)
    • Une avalanche de reproches, d’injures, de coups.

traductions
forme fléchie

avalanche \a.va.lɑ̃ʃ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de avalancher.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de avalancher.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de avalancher.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de avalancher.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de avalancher.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français