bancal
étymologie
 Composé de banc et de -al première attestation avec le sens de « pièce d'étoffe servant à recouvrir un banc », attesté en latin médiéval sous la forme bancalis (« coussin où l'on s'assied »). Le sens moderne vient de ce que « les pieds d'un banc étant souvent faits selon des tracés divergents. »
Littré note : « ce mot n'est ni dans les anciennes éditions [du dictionnaire] de l'Académie, ni dans les dictionnaires de Furetière et de Richelet. Celui de l'Académie, édit. de 1762, ne donne que le féminin bancale, avec cette explication : "Il se dit populairement d'une femme dans le même sens qu'on dit bancroche en parlant d'un homme." Depuis, cet adjectif est devenu des deux genres, mais, comme bancal n'avait été usité qu'au féminin, le masculin pluriel bancaux ne s'était pas présenté : aujourd'hui l'usage a admis de dire des bancals. »

adjectif

SingulierPluriel
Masculinbancal
\bɑ̃.kal\
bancals
\bɑ̃.kal\
Fémininbancale
\bɑ̃.kal\
bancales
\bɑ̃.kal\

bancal \bɑ̃.kal\

  1. Qui a une jambe ou les jambes tordues, en parlant d'une personne ou d'un animal.
  2. Qui n'est pas d’aplomb, en parlant d'un objet.
    • Le directeur de création est comme un ébéniste à qui son client ordonnerait de fabriquer une table bancale sous prétexte que c’est lui qui la paie. (Frédéric Beigbeder, 99 francs, Gallimard, 2000, collection Folio, page 232.)
    • Sur le trottoir, devant l’école primaire, tous les après-midi, un groupe de six à huit femmes installait un stand de petites tables bancales. (Françoise Vergès, À vos mangues !, traduction de Dominique Malaquais, dans Politique africaine, 2005/4, n° 100, p. 315)
  3. Boiteux, tordu.
    • Il était le premier à rire de sa jambe bancale.
    • Imaginez un horrible petit avorton, si petit que c’en était ridicule ; avec cela disgracieux, sale, mal peigné, mal vêtu, sentant le ruisseau, et, pour que rien ne lui manquât, affreusement bancal. (Alphonse Daudet, Le petit Chose, 1868, rééd. Le Livre de Poche, page 57)
  4. (Par extension) Qui manque de clarté, de logique, de rigueur.
    • Un raisonnement bancal, une démonstration bancale.
    • Je déteste les situations bancales !
synonymes
traductions
traductions
traductions
nom

SingulierPluriel
bancalbancals

bancal \bɑ̃.kal\ masculin (pour une femme on dit : bancale)

  1. Personne ayant une ou les deux jambes tordues.
    • C’est Quasimodo, le bossu de Notre-Dame ! Quasimodo le borgne ! Quasimodo le bancal (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris (roman), 1831)
    • Les jeunes, les vieux, les gras, les maigres, les grands et les petits, les droits, les tortus, les bancals, les boiteux recommencèrent à danser de plus belle, jusqu’aux chiens se dressaient sur leurs pattes de derrière pour danser aussi. (Charles Deulin, Cambrinus, Librairie internationale, 1868, page 20.)
  2. sabre#fr|Sabre recourbé.
    • Il se prit les pieds dans son bancal et s'écroula en poussant des jurons.
    • Lorsque le hussard prit congé et qu’il sentit trembler la main d’Hélène dans la sienne, il murmura son prénom, puis s’échappa aussitôt en trébuchant dans son bancal. (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 108.)
    • — Tu tenais ton bancal comme une seringue, m’annonça-t-il, quand je le retrouvai à la popote, seul, une heure plus tard. (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, pages 36-37.)
    • Au maniement d’armes, certains d’entre eux s’étaient fait sévèrement punir pour avoir laissé tomber leur bancal, que ne soutenaient plus leurs doigts gourds. (Marcel E. Grancher, 5 de campagne, Éditions Lugdunum, 1937, page 27.)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français