berceau
étymologie
(1472) De l’ancien français berçuel, diminutif de bers#fro|bers issus du latin vulgaire bertium, berciolum (« petit berceau » (viiies. Rer. Merov. VII, page 37, 15)).
Plus avant, du gaulois berta à rattacher à l’irlandais bertaim (« je secoue »).

nom

SingulierPluriel
berceauberceaux

berceau \bɛʁ.so\ masculin

  1. (Puériculture) Petit lit où l’on couche les nourrissons et qui est disposé pour que l’on puisse le balancer, le bercer, aisément.
    • Deux berceaux côte à côte, dans sa chambre, renfermaient les deux petits corps. La nuit, Zaheira s'éveillait pour leur donner le sein. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
    • C’était une carapace de tortue de mer qui, paraît-il, avait servi de berceau à Henri IV nouveau-né. (Jean L’Hôte, La Communale, Seuil, 1957, réédition J’ai Lu, page 167)
  2. (Figuré) Lieu du commencement, du début.
    • Au milieu de cet entraînement général vers l’Afrique, l’Asie est négligée d’une manière vraiment inexplicable. Presque tout reste à découvrir dans cet antique berceau du genre humain. (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, L’Altai, son histoire naturelle, ses mines et ses habitants, Revue des Deux Mondes, t. 11, 1845)
    • Agustina accoucha seule au-delà des faubourgs de Cádiz, Andalucía, berceau de ce mythe, près du cap de Trafalgar où cet hijo de puta de Nelson mit la pâtée à la flotte franco-espagnole — ce qui n'a rien à voir avec notre histoire, passons. (François Coupry, L'œil du gitan: roman, Éditions du Rocher, 2000, page 10)
    • En cette fin de XIXe siècle, la France est le berceau incontesté de la recherche sur les personnalités multiples. (Antoine Bello, Scherbius (et moi), Gallimard, 2018, page 114)
  3. Prime enfance.
    • Roland avait, depuis le berceau, ce que nos grands-mères appelaient le diable au corps, ce que nous appellerions nous la bougeotte névrotique, un besoin viscéral de se frotter à tous les interdits, […]. ('Francis Renaud, Justice pour le juge Renaud : Victime du gang des lyonnais ?, Éditions du Rocher, 2011, chap. 8)
  4. (jardinage) (analogie) Charmille taillée en voûte, treillage de même forme sur lequel on fait monter de la vigne, du jasmin, etc.
    • Vous ne sentez pas, sous les berceaux de clématite où vous méditez sur les poésies, l’odeur du cigare qui dépoétise les manuscrits […] (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Mais un des charmes de ce jardin d’hiver était, aux quatre coins, des antres de verdure, des berceaux profonds, que recouvraient d’épais rideaux de lianes. (Émile Zola, La Curée, 1871)
  5. (architecture) Arceau.
    • La voûte centrale, en berceau avec arcs-doubleaux, est contre-butée par les voûtes également en berceau, couvrant les collatéraux très-étroits. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Si on dispose orthogonalement entre elles deux voûtes en berceau et que l'on élimine les parties qui se trouvent en dessous de l'intersection, on obtient une nouvelle figure structurale appelée voûte d'arêtes. (Aurelio Muttoni, L'art des structures: Une introduction au fonctionnement des structures en architecture, PPUR Presses polytechniques, 2015, page 91)
  6. Pièce ou chemin courbé dans le plan vertical pour permettre un changement d’inclinaison (pivotement vertical) sans employer d’essieu.
    • Le berceau d’un canon. - Les berceaux d’une chaise berçante.
  7. (Mines) Sorte de lavoir à barrage pour certains minerais.
  8. (gravure) Instrument du graveur en manière noire ; sorte de ciseau terminé par un biseau aigu que l’on promène — en berçant — sur le métal à graver ; on obtient ainsi une série de pointillés, de grains, de petits trous qui retiennent le noir d’impression. L’épreuve obtenue, après l’emploi du berceau, est d’un noir plus velouté.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.033
Dictionnaire Français