blessure
étymologie
 Composé de blesser et de -ure.

nom


blessure \blɛ.syʁ\ ou \ble.syʁ\ féminin

  1. Plaie ou fracture produite par un coup ou un choc. — Note: On le dit plus communément des coups qui entament la chair.
    • Le docteur Paul était ensuite venu, brillamment expliquer à la barre comment les coups avaient occasionné, en effet, seize blessures […]. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Recevoir une blessure. Guérir une blessure. Mourir d’une blessure.
    • Ses blessures se sont rouvertes. — Il n’a pas reçu de blessure, il a seulement une contusion.
  2. (Figuré) Atteinte à l’honneur, à la réputation, à l’amour-propre.
    • Les blessures faites à l’honneur, à l’amour-propre sont plus sensibles que les autres.
    • Rouvrir une blessure, renouveler le souvenir d’une injure, d’une douleur passée.
  3. (Figuré) Peines morales que font éprouver certaines passions violentes.
    • L’envie fait au cœur de ceux qui l’éprouvent de profondes blessures.
  4. (psychologie) Traumatisme survenu dans l’enfance qui façonne la personnalité.
    • Cependant, il conclut qu’il est probable que les borderline et les personnalités narcissiques sont complémentaires l’une de l’autre. De fait, j’ignore s’il est vraiment important de les scinder car, même si elles se donnent à voir différemment, la blessure initiale est du même registre. (Danièle Zucker, Penser la crise : L’émergence du soi, De Boeck Supérieur, coll. « Oxalis », Bruxelles, 2012) }{#if:{#if:| (OCLC {} ↗)}}, page 57}}

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.054
Dictionnaire Français