bluffer
étymologie
De l’anglais bluff.

verbe

bluffer \blœ.fe\ intransitif ou transitif conjugaison (anglicisme)

  1. (cartes) Faire croire qu’on a un jeu différent de celui qu’on a en vérité.
    • Je suis nu comme un sans-chemise
      Qui n’aurait pas de suspensoir,
      Hélas ! et je manque de mise
      Pour bluffer au
      pocker, le soir. (Laurent Tailhade, Poèmes aristophanesques, 1904 (composé avant 1891))
    • Tu bluffes, tu n’as pas ce carré d’as dans ta main.
  2. (Par extension) Tromper dans le but de profiter, dans des activités liées de près ou de loin à des principes de jeu : relations sociales, amour, commerce, création artistique, conflits.
    • Il est toujours risqué de bluffer au cours d'un entretien car la mémoire peut faire défaut et le naturel disparaître. (Daniel Porot,Réussir ses entretiens d'embauche, 2006)
    • Il y a deux explications possibles à un ultimatum du type « c'est à prendre ou à laisser » : soit votre interlocuteur possède un excellent plan B ; soit il ne dispose pas d'arguments solides en soutien de sa position et il bluffe pour vous intimider. (Alexis Kyprianou, Devenir un pro de la négociation - Partie 3: Déjouez les pièges tendus par vos interlocuteurs, Éditions Eyrolles, 2013, page 13)
  3. séduire#fr|Séduire.
    • Cette fille, elle me bluffe.
  4. étonner#fr|Étonner, épater.
    • Je suis bluffé par ce qu'il fait !

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.019
Dictionnaire Français