bol
étymologie
Du latin bolus, attesté sous la forme bol armenike (bol d'Arménie).
De l’anglais bowl ; le syntagme bowl o' punch est très courant au XVIIe siècle et est francisé en bolleponge, un siècle plus tard, le mot prend le sens de « vase demi-sphérique qui sert à prendre certaines boissons telles que le lait, le punch ». Pour le sens familier de « chance », il dérive d’un sens perdu, à l’origine de avoir du bol et ras le bol, celui de cul... Le sens de tête (à l’inverse) semble limité à Frédéric Dard.

nom

SingulierPluriel
bolbols

bol \bɔl\ masculin

  1. (Minéralogie) (icône) Terre argileuse friable, miscible dans l’eau.
    • La terre pourrie, les bols, [employés pour l’avivage des métaux] sont des argiles non plastiques plus ou moins riches en oxyde de fer. (M. Gasnier, Dépôts métalliques directs et indirects, 1927, p. 266)
    • Bol d’Arménie., utilisé pour la fabrication d'icônes chez les chrétiens orthodoxes.
  2. (Médecine) (Désuet) Petite boule composée de cette terre riche en oxydes, autrefois utilisée comme médicament.
    • Bol d’Arménie.
  3. (Par extension) Du sens de « boule d’argile servie comme médicament » :
    1. (pharmacie) Grosse pilule de consistance molle, de forme ovoïde, destinée à être avalée en une seule fois.
      • Il me survint un étouffement périodique, qui durait vingt-quatre heures. On prétend qu'il était occasionné par les frictions mercurielles que m'avait prodiguées, sans nécessité, le jeune Labadie, et par les bols pris intérieurement, que me prodiguait également mon ami Bonnet l'apothicaire (Nicolas Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, 1796), Bibliothèque de la Pléiade, Tome 1, p. 988.
    2. (Médecine vétérinaire) Préparation médicamenteuse du volume d’une grosse noix et de consistance molle qu’on fait avaler de force à un cheval ou à un bœuf.
      • Les comprimés, et les bols (gros comprimés) sont un des moyens les plus faciles et les plus sûrs de donner un médicament. Ils n’ont pas besoin d’être mélangés à l’eau. Ils sont faciles à doser.(Bill Forse, Christian Meyer, et al., [http://books.google.fr/books?id=hrXXP8uYo3oC&dq=isbn:0333588991 Que faire sans vétérinaire ?], Cirad / CTA / Kathala, 2002, page 340)
    3. (Médecine) Bol alimentaire : quantité d’aliments mastiqués et imprégnés de salive, déglutis en une seule fois.
  4. (arts) Argile riche en oxydes employée par les peintres, les doreurs, les relieurs.
synonymes
traductions
traductions
nom

SingulierPluriel
bolbols

bol \bɔl\ masculin

  1. Coupelle hémisphérique, plus grande qu’une tasse, sans anse, qui sert à prendre certaines boissons ou certains aliments.
    • Quand on eut mangé l’omelette, la servante apporta un bol plein de groseilles à maquereau. (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
    • Un bol de porcelaine, de faïence, d’argent.
    • Chaque personne dispose d’un bol de riz, d’une paire de baguettes de bois ou de bambou, d’une cuillère de porcelaine à fond plat et d’une petite assiette.
  2. (Par extension) (Synecdoque) Contenu du récipient du même nom.
    • Un bol de lait, de tisane.
    • Ces précautions prises, il parut moins inquiet et fit venir un bol de punch. (Henry Murger, Scènes de la vie de bohème, 1848)
  3. (familier) (Indénombrable) Chance.
    • Quel bol ! Il a toujours du bol.
  4. (argot) (rare) Tête, crâne.
    • À la snobinarde, qu’il défouraille, le gestapien ! Comme le marquis du Glandard au tir aux pigeons de Saint-Cloud ! Le grand maigre s’abat d'une masse, une olive en plein bol... (Frédéric Dard (San-Antonio), Fais gaffe à tes os, Fleuve Noir, 1956)
    • Leur chagrin leur tourneboule parfois le bol, aux grognaces, et elles vous servent des tartines de bobards en veux-tu en voilà ! (Frédéric Dard (San-Antonio), Tout le plaisir est pour moi, Fleuve Noir, 1959, pages 26-27)
synonymes antonymes
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.024
Dictionnaire Français