bouillonner
étymologie
dénominal#fr|Dénominal de bouillon#fr|bouillon.

verbe

bouillonner \bu.jɔ.ne\ intransitif conjugaison

  1. Jaillir, s’agiter en formant des bouillons, en parlant de l’eau et des autres liquides.
    • Une fontaine qui bouillonne. - Une source qui bouillonne. - Le sang bouillonnait en sortant de la plaie. - Faire bouillonner l’eau en l’agitant.
  2. (Figuré) Avoir des accès, des agitations de colère rentrée.
    • La honte d’être joués par deux hommes qui les bravaient audacieusement au milieu de leur camp, faisait bouillonner la colère dans le cœur des Comanches. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Il n’alla pas non plus de leur côté, parce qu’il sentait bouillonner au-dedans de lui un trop-plein de rage et d’appréhension, et qu’il éprouvait le besoin de tirer sur ces deux hommes. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 354 de l’éd. de 1921)
    • Il bouillonne de colère.
  3. (couture) (transitif) Plisser en bouillons.
    • Bouillonner une robe, une étoffe, un ruban.
    • Les fenêtres du rez-de-chaussée étaient ouvertes sur d'élégants rideaux bouillonnés. (William Faulkner, Sartoris, trad. René-Noël Raimbault & Henri Delgove, éd. Gallimard, 1937, rééd. Folio, p. 218)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français