brisque
étymologie
(1752) Étymologie obscure ; probable abréviation de briscambille#fr|briscambille plutôt que dérivé, avec un \s\ inexpliqué de l’ancien français briche (« piège » et « sorte de jeu »). A rapprocher de l'allemand brechen (casser, briser), compte tenu de la forme du chevron.

nom

SingulierPluriel
brisquebrisques

brisque \bʁisk\ féminin

  1. (vieilli) Sorte de jeu de cartes.
    1. (En particulier) (cartes) Carte d'atout, as et dix, de ce jeu.
      • J’avais trois brisques dans mon jeu.
  2. (Figuré) (familier) Chevron d'ancienneté d’un soldat rengagé.
    • Avoir deux, trois brisques.
    • Ce sergent Hornus était une vieille bête à trois brisques, qui savait à peine signer son nom et avait mis vingt ans à gagner ses galons de sous- officier. (Alphonse Daudet, Le porte-drapeau, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, réédition Le Livre de Poche, page 96)
    • « Un insigne, qu’il a dit aux gosses, pourquoi faire ? Ceux du front ont tous la croix de guerre ou des brisques de blessures. Vous, vous avez la peau ! Ça vous fera reconnaître ! » (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, réédition Le Livre de Poche, page 31)
    • La brisque en argot de caserne est le chevron-galon en forme d’angle cousu sur la manche des soldats. (Odile Roynette, Les mots des soldats, 2004)
    • Je dessinais son visage de mémoire. Je tâchai de le doter de ses fossettes. Mais la réalité me fuyait. Je les plaçais trop haut, ou trop bas. Sous la tempe, comme des blessures. Au bas des joues, comme des brisques. (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 175)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.033
Dictionnaire Français