cénotaphe
étymologie
Du latin cenotaphium.

nom

SingulierPluriel
cénotaphecénotaphes

cénotaphe \se.nɔ.taf\ masculin

  1. Tombeau vide, dressé à la mémoire et en l’honneur d’un mort ou d’un ensemble de morts, contrairement au mausolée qui contient le corps.
    • J’eus le chagrin de voir que le tombeau de Ménandre, le cénotaphe d’Euripide et le petit temple dédié à Socrate n’existaient plus. (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, 1811)
    • Un cénotaphe lui fut élevé dans la Gaule, et un tombeau magnifique dans Rome. (Aelius Lampridius, Vie d’Alexandre Sévère, traduit par Théophile Baudement)
    • On citait d’elles plusieurs beaux traits dont la cendre de Montyon avait dû tressaillir dans son beau cénotaphe. (Auguste de Villiers de L'Isle-Adam, Les Demoiselles de Bienfilâtre, dans les Contes cruels, 1883, éd. J. Corti, 1954, vol. 1, p. 5)
    • Pourtant, ici, il n’y a pas de tombe. Il n’y a qu’une pierre. Et ce n’est même pas une pierre tombale. C’est un cénotaphe. (David Wellington, Vampire zéro, traduit par Marie-Aude Matignon, éditeur Milady, 2009)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français