cajoler
étymologie
Peut-être du moyen français gayoler.

verbe

cajoler \ka.ʒɔ.le\ transitif conjugaison

  1. Montrer sa tendresse par des gestes doux, caressants.
    • Les deux couples riaient, bavardaient, cueillaient des fleurs, se cajolaient et se mignotaient, luttaient et se roulaient sur l’herbe, et les jeunes filles fumèrent des cigarettes. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 55 de l’éd. de 1921)
  2. (vieilli) Flatter, entretenir quelqu’un de choses qui lui plaisent et qui le touchent.
    • Ce que c’est que les jeunes filles ! C’est pour me faire parler qu’elle est venue me cajoler ! (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange-Gardien, 1888)
    • Flic et journaliste, c'est comme chien et chat, c'est comme flic et avocat aussi. Ça s'attire, ça se respecte, ça se cajole ; jusqu'au coup de griffe qui laisse des cicatrices. (Hervé Jourdain, Le Sang de la trahison, éd. Fayard, 2013, chap. 20)
  3. (vieilli) Tâcher de séduire une femme par de belles paroles.
synonymes
traductions
traductions
traductions
verbe

cajoler \ka.ʒɔ.le\ intransitif conjugaison

  1. Chanter, pour le geai.
    • Eudes et Coulomb s’approchent du pas de porte, alors qu’un geai des chênes, posté sur le faîtage du toit de chaume, se met à cajoler, puis à cajacter, enfin à cocarder si fort que son cri d’alarme devient pénétrant au possible. (René Guillemier, Au temps de la heaumerie, 2011)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.030
Dictionnaire Français