calfater
étymologie
De l’italien calafatare ou de l’occitan calafatar issus de l’arabe قلف. En arabe, qalafâtcalfat »), est le surnom d'un poète cordouan du IXe siècle. En grec καλαφάτης est attesté en 1057, ainsi que καλαφάτησις mais il est peu probable qu’il ait servi d’intermédiaire vers les langues latines. L’arabe, dans un jeu de ping-pong linguistique propre au bassin méditerranéen (voir abricot) est issu du bas latin calefare du latin classique calefacere, calefactare (« chauffer ») parce qu’on chauffe le goudron pour calfater un bateau.

verbe

calfater \kal.fa.te\ transitif conjugaison

  1. (marine) Boucher avec de l’étoupe les joints, les trous et les fentes d’un bâtiment et l’enduire de poix, de goudron, etc., pour empêcher que l’eau n’y entre.
    • Les vagues brisent à bord et submergent constamment le pont qui, mal calfaté à New-York, laisse pénétrer l'eau dans la cabine. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • (analogie) Je souris machinalement en calfatant de beurre les pores de mon pain grillé […] (Maurice Dekobra, La Madone des sleepings, 1925, réédition Le Livre de Poche, page 27)
    • (analogie) — Elle happait celui-ci qui découvrait au fond d'une broussaille touffue un nid de merles intérieurement calfaté de bouse. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.020
Dictionnaire Français