calviniste
étymologie
 composé de Calvin et de -iste.

adjectif

SingulierPluriel
calvinistecalvinistes

calviniste \kal.vi.nist\ masculin et féminin identiques

  1. (protestantisme) Relatif à Jean Calvin, théologien protestant.
    • Il était si peu calviniste et si peu tolérant, qu’il disait : « Si je me trouvais dans la nécessité de me faire mahométan ou calviniste, j’aimerais mieux me faire mahométan ; car enfin les mahométans adorent un Dieu bon et miséricordieux, au lieu que les calvinistes nous proposent un Dieu cruel et impitoyable qui damne ses créatures de propos délibéré. » (Léo Armagnac, Histoire de Turenne, maréchal de France, Mame, Tours, 1888, p. 10)
    • Le dogme calviniste de la prédestination, religion terrifiante et qui avait touché si profondément les Écossais, s’était, en ce pays de compromis, atténué. (André Maurois, Histoire de l’Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p. 598)
    • Sur la steppe rouge du Planalto central, où les arbres ne poussent qu'à contrecœur, Brasilia est une ville retranchée, une capitale solitaire, loin, très loin, du Brésil utile, du pays réel. Bâtie par des disciples de Le Corbusier, elle a été soumise à la rigueur, à la raideur calvinistes du vieux maître, […]. (Charles Vanhecke, Brésil, Paris : Éditions du Seuil, 1976)
    • Entre la petite Écosse, pauvre, calviniste et profrançaise, et la puissante Angleterre, épiscopalienne et traditionnellement hostile à la France, les relations n’ont jamais été de tout repos. (Élie Barnavi, Vers une république d’Écosse ?, dans Marianne (magazine), n°772 du 11 février 2012, p. 53)

traductions
nom

SingulierPluriel
calvinistecalvinistes

calviniste \kal.vi.nist\ masculin et féminin identiques

  1. (protestantisme) Celui ou celle qui suit la doctrine de Jean Calvin, théologien protestant.
    • J’entends crier de toute part à l’impiété. Le chrétien est impie en Asie, le musulman en Europe, le papiste à Londres, le calviniste à Paris, le janséniste au haut de la rue Saint-Jacques, le moliniste au fond du faubourg Saint-Médard. Qu’est-ce donc qu’un impie ? Tout le monde l’est-il, ou personne ? (Denis Diderot, Pensées philosophiques, texte établi par J. Assézat, Garnier, 1875–77)
    • [Il]'' découvrit une sorte de bloc, qui pouvait bien avoir été une statue mal faite. />– Elle décorait autrefois, dit-il avec un long gémissement, la tombe de Richard Cœur de Lion, roi d’Angleterre et duc de Normandie. Ce sont les calvinistes, monsieur, qui vous l’ont réduite en cet état. Ils l’avaient, par méchanceté, ensevelie dans de la terre, sous le siège épiscopal de Monseigneur. (Flaubert, Madame Bovary'', 1857)

    • En 1582, la ville de Metz envoya une députation au roi pour se plaindre des calvinistes et des juifs. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • La théologie catholique diverge ainsi de celle des luthériens, des calvinistes, et la théologie latine médiévale diverge de celle de l’Église grecque sur des points qui ont toujours été considérés comme intangibles de part et d’autre (le Filioque notamment). (Joseph Morsel et al., L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat…'', 2007)
  2. (Figuré) (Péjoratif) Celui ou celle qui pratique sa religion de manière puritaine.
    • Pour ces nouveaux puritains et « calvinistes » parmi les croyants, il fallait réintégrer l’islam et les musulmans au cœur de la vie politique, en vue de rétablir une domination islamique. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 99)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.090
Dictionnaire Français