camper
étymologie
(1465) dénominal#fr|Dénominal de camp#fr|camp ou réfection latinisante sur campus de l’ancien français champier qui donne aussi champer ; camper est peut-être la forme picarde de ce mot.

verbe

camper \kɑ̃.pe\ intransitif ou transitif conjugaison

  1. S’établir ou établir dans un camp.
    • 8 mars. — Il a plu sans interruption depuis près de vingt heures, et le terrain où nous campons est complètement détrempé. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 138)
    • Ce général a campé son armée entre la montagne et la rivière.
  2. (Figuré) Ne faire qu’une courte station dans un lieu ou n’y être pas installé définitivement, bivouaquer.
    • Nous n’avons fait que camper dans cet endroit.
    • Redescendus dans la vallée, nous nous mettons en quête d’un endroit pour camper. (T'Serstevens, L’Itinéraire espagnol, 1963, p. 319)
  3. Ne pas avoir de logis assuré, en changer tous les jours.
  4. Pratiquer le camping : habiter sous une tente.
  5. planter#fr|Planter ; placer solidement.
    • Comme chaque fois que je nippais en milord, costume en cashmere, les pieds campés dans des Richelieu, j'avais une pensée pour le beau-père de mon ami P., un voyou de la vieille école, que je n'avais vu que trois fois dans ma vie, mais dont la ganache m'avait imposé le respect pour toujours. (Jean Gab’1, Sur la tombe de ma mère, éd. Don Quichotte, 2013)
  6. Rester un certain temps à un endroit considéré comme temporaire.
    • Cela fait trois minutes que nous campons devant la machine à café. (Philippe Delaroche, Caïn et Abel avaient un frère, Éditions de l'Olivier / Le Seuil, 2000, p. 334)
  7. planter#fr|Planter, laisser, abandonner.
    • Camper là quelqu’un, le laisser, l’abandonner, lorsqu’on l’a mis ou qu’il s’est mis lui-même dans une situation embarrassante.
    • Me voilà bien campé, me voilà dans une fâcheuse situation.
  8. décrire, dépeindre très clairement un personnage ou une situation.
    • On y donne une représentation d’un tableau de Sarluis, L’inquiétude, où est campé une sorte de jeune apache vêtu d’un maillot collant si vulgaire ! Ces messieurs ont un goût singulier. (Jacques d’Adelswärd-Fersen, Ainsi Chantait Marsyas: Poèmes, GayKitschCamp, 2012, page 54)
  9. (vieilli) Effectuer une action avec détermination.
    • Je vous jure par la mort-dieu que, si vous ne descendez, ou ne répondez au plus vite, je vous campe un coup de fusil. (Alphonse Karr, Feu Bressier, Revue des Deux Monde, Période initiale, 4e série, t. 32, p. 25, 1842)
    • Au lieu de lui répondre, M. de Trégars tira de sa poche et lui campa dans la main deux billets de vingt francs. (Émile Gaboriau, L’Argent des autres , 1874)
  10. (Figuré) Rester ferme sur une position dans un débat, un conflit.
    • Pauvre Bill. En plus de la gêne occasionnée par la découverte que sa femme était une coureuse de jupons, il lui fallait limiter les dégâts sur sa propre carrière politique en campant sur une position ferme concernant les valeurs familiales. (Richelle Mead , Succubus Nights, vol.2, Succubus, traduit par Benoît Domis, Paris : Bragelonne/Milady, 2009, 2011, chap.22)
    • Social : Le Medef campe sur son refus (Surtitre de Vosges Matin, 14 juin 2016)
  11. (Jeux vidéo) Attendre l’ennemi depuis une position stratégique.

    se camper pronominal

  12. S'installer fermement, solidement.
    • Il se campa dans un fauteuil.
    • Il vint hardiment se camper dans la meilleure place.
    • Il se campa devant moi en me regardant fixement.
  13. Prendre une pose qui évoque la solidité, voire le défi.
    • Peut-être eût-on pu lui reprocher une exubérance de gestes qui n’était pas du meilleur goût, il avait une façon de se camper qui sentait son matamore. (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.018
Dictionnaire Français