capital
étymologie
(Adjectif) (1200) Du latin capitalis, dérivé de caput (« tête »).
(Nom commun) (XVIe siècle) Soit par substantivation de l'adjectif, soit emprunt, par l'intermédiaire des banquiers lombards, à l'italien capitale ((XIIIe siècle) « partie principale d'une richesse par rapport aux intérêts qu'elle produit »). Ce mot est le doublet savant de l'ancien français chatel, « patrimoine », « biens mobiliers en bétail », qui se retrouve dans cheptel.

adjectif

SingulierPluriel
Masculincapitalcapitaux
Féminincapitalecapitales

capital \ka.pi.tal\ masculin

  1. Qui est principal.
    • Aussi l’injustice est-elle le défaut capital des natures féminines. Cela vient du peu de bon sens et de réflexion que nous avons signalé, […]. (Arthur Schopenhauer, Essai sur les femmes, dans Pensées & Fragments, traduction par J. Bourdeau , Félix Alcan, éditeur, 1900 (16e éd.))
    • Ville capitale, ou elliptiquement, comme nom, capitale.
    • Valérie Pécresse pourrait considérer ses propos comme gravement déformés s’ils étaient privés de cet ornement capital. (Une mise au point de Valérie Pécresse, Le Canard Enchaîné, 13 septembre 2017, page 8)
  2. (vieilli) Qui a rapport à la tête.
    • Crime capital, celui qui peut entraîner la perte de la tête, la décapitation.
  3. (Figuré) Qui est en tête.
    • Lettre capitale, ou elliptiquement, comme nom, capitale, lettre majuscule.
  4. Qui est d'une très grande importance ; qui est primordial.
    • Les élections françaises vont être capitales en mai et en juin. Cependant je ne crois pas que les positions peuvent changer beaucoup. Le merdouillage continuera de même encore des années. (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Lettres de prison à Lucette Destouches & à Maître Mikkelsen (1945-1947) : lettre 50 du 30 avril 1946, édition établie, présentée et annotée par François Gibault, éd. Gallimard, 1998)

traductions
nom


capital \ka.pi.tal\ masculin

  1. Principal d’une dette, d’une rente.
    • En supposant le taux de l’intérêt stationnaire et égal, par exemple, à 5 pour 100, un capital de 100 fr. vaut une rente perpétuelle de 5 fr., […]. (Joseph Bertrand, Traité d'arithmétique, page 218, L. Hachette et Cie, 1863)
    • Pour le surplus, soit un capital de 4 milliards 25 millions de dollars, la France remit aux États-Unis 62 obligations, datées du 15 juin 1925, et payables au gouvernement des États-Unis ou à son ordre, chacune d'entre elles correspondant à l'une des 62 annuités échelonnées de 1926 à 1988. (Camille Aymard Devons-nous payer l'Amérique ?, Éditions Ernest Flammarion, 1932, p. 84)
  2. Fonds commercial ou industriel ; sommes que l’on fait valoir dans quelque entreprise.
    • Mais ces belles futaies représentent une valeur commerciale qui a mis en appétit la convoitise du spéculateur, déjà riche de capital, plus riche encore en audace et en influence. (Thomas Couët, Le bois, voilà l’ennemi !, Revue Franco-Américaine, 1909)
    • Augmenter, doubler son capital, ses capitaux.
    • Le capital de la société s’élève à tant.
    • Le capital social d’une compagnie industrielle.
  3. Biens capitalisés ou accumulés par le travail antérieur. Dans ce sens, on l’oppose généralement au travail salarié.
    • Les biens de production ou capital au sens technique sont l'ensemble des biens qui, employés dans le processus de production et combinés au travail permettent d'obtenir d'autres biens. (Fernand Guyot, Eléments de macro-économie, Éditions TECHNIP, 1979, p. 41)
    • Répartition de la richesse entre le capital et le travail.
  4. Somme de richesses que possède un individu, une société, une nation.
    • "Élément du patrimoine possédé par une personne physique ou morale, privée ou publique. Il s’analyse en termes de stock." (Aimé Fay, Le capital en quelques mots)
    • Le capital d’une nation se compose de tous les capitaux des particuliers.
    • Impôt sur le capital.
    • En finance de marché, on parle de marché des capitaux pour toutes les transactions portant sur des apports d'argent stable ou à long terme utilisés pour l'activité économique.
  5. Ressource que l'on accumule ou dont on dispose en réserve.
    • Chaque personne a un capital soleil à la naissance et tous les individus ne sont pas égaux devant le soleil. (Christian Ngô, Le soleil, Éditions Le Cavalier Bleu, 2005, p. 106)
    • Il a épuisé son capital soleil.
    • Il jouit d’un capital de sympathie auprès du public.
  6. (En particulier) (sylviculture) Ensemble des bois sur pied, exprimé en volume ou en surface terrière.
    • En pratique, les consignes de martelage précisent si les sylviculteurs doivent plutôt s’orienter vers la capitalisation, la décapitalisation ou bien le maintien du capital sur pied à son niveau actuel (prélèvement de l’accroissement). (Thierry Sardin, Chênaies continentales, Office national des forêts, 2008, ISBN 978-2-84207-321-3)
  7. (finance) (Au pluriel) Sommes en circulation, quantités considérables d’argent, valeurs disponibles.
    • Le départ des juifs n'avait pas supprimé les embarras financiers de leurs clients et ceux qui avaient besoin de capitaux n'eurent d'autre ressource que de s'adresser aux prêteurs chrétiens (lombards ou cahorsins). (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • On craignait qu'à l'occasion du programme d'aide les capitaux américains ne se ruassent sur l'Europe. Il n'y a pas eu de vague américaine sur l'Europe de l'OECE. (Gérard Bossuat, L’Europe occidentale à l’heure américaine: 1945-1952, Éditions Complexe, 1992, p. 184)
  8. (parfois) Capitalisme.
    • Elle ne devint catastrophe que dans sa troisième phase, quand soudain, au milieu d’un ciel serein, la foudre du krach bancaire de New-York frappa l’édifice orgueilleux de la prospérité du capital américain. (Carl Steuermann, La crise mondiale, traduit de l’allemand, p. 65, Gallimard, 1932)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.041
Dictionnaire Français