capituler
étymologie
(XIVe siècle) Du latin capitulum, soit le sens propre est « négocier chacun des chapitres d'une convention », puis, par spécialisation de sens, « négocier les chapitres d'une reddition » et enfin est devenu le synonyme de « se rendre, abandonner la partie ».

verbe

capituler \ka.pi.ty.le\ intransitif conjugaison

  1. Faire une capitulation.
    • Ville qui capitule est à demi rendue, quand on écoute des propositions, on est près de les accepter.
    • Les défenseurs, après avoir perdu les faubourgs, manquant d’eau, furent obligés de capituler. Le siège entrepris par l’armée des croisés ne dura que du 1er au 15 août, jour de la reddition de la place. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Il est possible que, dans bien des cas, cet audacieux déploiement d’étendards, par une ville qui avait déjà capitulé, ne fût que le résultat du sans-gêne national. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 233 de l’éd. de 1921)
    • On ne put les forcer dans le poste où ils s’étaient retranchés et ils obtinrent de capituler honorablement.
    • Capituler avec sa conscience, prendre une résolution peu délicate, en s’efforçant de se persuader qu’on est dans un cas d’exception ou que des circonstances impérieuses ne permettent pas d’agir autrement.
  2. (Par extension) Se rendre aux conditions imposées par l’ennemi.
    • (Figuré) Il commence à se défier de son droit, il demande à capituler.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.018
Dictionnaire Français