carcan
étymologie
(nom 1) (XVe siècle) Au XIIe siècle charcanz, cherchant. Littré explique : « le mot fait carcan en provençal, en italien carcame (« carcasse »). Ménage le rattache au mot grec qui a la signification de tenailles ; mais on ne voit pas comment il serait venu dans les langues romanes. Raynouard le rattache au latin carcer, ainsi que le provençal carcol (« collier ») ; mais comment carcer donnerait-il carcan ou carcol ? La vraie étymologie est celle que donne Diez : l’ancien haut allemand querca, le norrois qverk (« cou, gosier »), l’anglais querk (« étrangler »). M. Bugge (Romania, n° 10, p. 146), complète l'étymologie donnée par Diez, en expliquant la finale -an, -ant : qverk, « cou, gosier », et band, « lien » ; kverkband, « jugulaire, mentonnière », se trouve en islandais ; carquebant ou carcbant est passé à carcant. » Cette étymologie fait difficulté des points de vue phonétique et chronologique. L’ancien français a aussi carcaille (« carcan ») qui ne peut être expliqué par carcbant. Il est peut-être à rapprocher de cerce (« cercle »), cerchier (« chercher », étymologiquement « cercler, encercler ») devenu dialectalement charcher voir charquemeneur, cerquemaneur. L’occitan carcan a aussi le sens de « noix » qui est dans cerneau.
(nom 2) Soit l’emploi métonymique de carcan « instrument de torture », soit de l’occitan carcan ; voir carcasse et carcas en ancien français.

nom

SingulierPluriel
carcancarcans

carcan \kaʁ.kɑ̃\ masculin

  1. (histoire) Cercle de fer avec lequel on attachait par le cou à un poteau certains criminels condamnés au pilori.
    • Arrêt de la Cour du Parlement, qui condamne une quidane, connue sous le nom de la femme des Ormes, à être attachée au carcan à la place Saint-Michel, et au bannissement pendant neuf ans, pour avoir escroqué différentes marchandises chez une lingère. (Du 24 janvier 1775.) (Hippolyte Monin, L'état de Paris en 1789: études et documents sur l'ancien régime à Paris, Paris : chez D. Jouaust, Charles Noblet & Maison Quantin, 1889, p. 95)
    • Dans le cercle d’un de ces carcans de fer, il restait encore deux os poudreux qui paraissaient avoir appartenu autrefois à une jambe humaine, comme si le prisonnier, après y avoir péri, avait, toujours enchaîné, passé à l’état de squelette. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    1. (histoire) Chaine de fer, collier, souvent fixé à un poteau ou au sol, que l'on mettait aux galériens pour qu'ils ne s'échappent pas.
    2. (vieilli) collier#fr|Collier de bois que l’on mettait aux animaux pour les empêcher de traverser les haies.
    3. (Figuré) joug#fr|Joug, ce qui emprisonne.
    • La rigidité du corps auquel il appartenait, se mariant avec une sévérité innée, l'emprisonnait dans un carcan de dogmatisme. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires: (I) Ma jeunesse orgueilleuse., 1942)
  2. chaîne#fr|Chaine ou collier d’or, de perles ou de pierreries.
    • Ces riches carcans, ces colliers
      Et cette pompe enchanteresse
      Ne valent pas un des baisers
      Que tu donnais dans ta jeunesse.
      (Voltaire)
synonymes
traductions
  • allemand : Halseisen
  • anglais : shackle

nom

SingulierPluriel
carcancarcans

carcan \kaʁ.kɑ̃\ masculin

  1. Vieux cheval.
    • Cette rosse-là a été, comme une demi-douzaine d'autres carcans de son espèce, envoyée au roi l'an passé par je ne sais pas quel mamamouchi d'un pays du côté des Turcs. (Eugène Sue, Godolphin-Arabian)
    • J’ai pas de conseils à te donner, mais si tu ne votes pas pour ma liste, tu peux te fouiller pour que je te prête le carcan pour rentrer tes foins et faire tes charrois. (Louis Pergaud, Deux Électeurs sérieux, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)

traductions
  • allemand : Schindmähre



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.033
Dictionnaire Français