cenne
étymologie
(Nom 1) (fin XIXe siècle) Déformation populaire de la prononciation de cent : /sɛnt/.

nom

SingulierPluriel
cennecennes

cenne \sɛn\ féminin

  1. (Québec) (familier) (popu) Cent, centième de dollar.
    • J’étais comme folle. J’avais pas une cenne dans la maison et le propriétaire voulait absolument que j’y donne quelque chose, n’importe quoi. (Les Idées, Volumes 5 à 6, 1937)
    • Mon grand-père Alban m’y raconte, du plus loin que ses neurones se remémorent, la Gaspésie d’une époque révolue. […] Il arrondit son salaire de 35 cennes de l’heure avec le métier d’écrivain public : « J’étais allé à l’école jusqu’à dix ans. Les gars savaient pas écrire, oublie pas ça ! J’écrivais à leurs femmes. Dix cennes la lettre. […] » (Le Devoir, 1er avril 2005)
    • Je ne peux pas comprendre pourquoi la mairesse et les autres me disent que jamais ils ne vont mettre une cenne d’argent public dans le Colisée par exemple. (Le Devoir, 19 mars 2007)
    • Au Canada, la cenne est essentiellement faite d’acier (94 %), puis de nickel (1,5 %) et de placage de cuivre (4,5 %). (Le Devoir, 27–28 janvier 2007)
  2. (Louisiane) (popu) (vieilli) Cendre.
    • […] la vieille dzit : « M’as aller assayer, m’man. » I’ s’a faite des p’tsites galettes dans la cenne, pis ’l a partsi sus son ch’min. (Joseph Médard Carrière, Tales from the French folk-lore of Missouri, Northwestern University, 1937)
  3. Île Maurice (vieilli) Celui.
    • On entend quelquefois celle ou cenne devant le pronom qui. — Ex. : Celui qui parlera, Celle ou Cenne qui pour causé. (Charles Baissac, Étude sur le patois créole mauricien, 1880)
synonymes
nom

SingulierPluriel
cennecennes

cenne \sɛn\ masculin

  1. Sarthe (Désuet) (Religion) Cérémonie du lavement des pieds à 12 enfants pauvres, qui avait lieu le samedi saint.
    • « Item, ledit abbé doit tenir le cenne (cérémonie du lavement des pieds à 12 enfants pauvres, qui avait lieu le samedi saint dans la cathédrale), quand M. l’évêque est absent de son diocèse, et le lui doit faire assavoir VIII jours d’avant, et mondit sieur l’évêque doit à dîner audit abbé et à ceux qui le servent audit cenne. […] » (Julien Rémy Pesche, Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, tome 5 (Sai.-Sao.), Belon Libraire, Le Mans, 1841 (à l’article Saint-Calais))
  2. (vieilli) (BE) Pièce de deux centimes.
    • Instituteur. — Pour écrire de quoi vous servez-vous ?
      Élève. — Pour écrire nous nous servons d’une ardoise et d’une touche.
      I. — Combien payez-vous pour avoir une touche ?
      É. — Pour avoir une touche nous payons un
      cenne.
      I. — Mes amis on ne dit pas : un cenne, on dit : une pièce de deux centimes.
      (Thomas Braun, L’Abeille : Revue pédagogique pour l’enseignement primaire et l’enseignement moyen du degré inférieur, vol. 8, no 4 (juin 1862), Ve Parent et Fils, éditeurs, Bruxelles, p. 195 (Didactique : Leçon d’intuition))

Cenne
étymologie
(Nom propre) De l’occitan Cena (de cena ?).
(Nom commun) (Abréviation) de citoyenne.

nom propre

Cenne \sɛn\ masculin

  1. (Géographie) Localité du département de l’Aude rattachée à la commune de Cenne-Monestiés.

nom

SingulierPluriel
CenneCennes

Cenne \si.twa.jɛn\ féminin (pour un homme on peut dire : C{{e, en})

  1. (France) Citoyenne, titre en usage pendant la Révolution française et peu après.
    • Et, deux jours plus tard, le Directoire arrête : « 20 brumaire. La Cenne Tourzel ni sa fille ne pourront plus être introduites, trois fois par décade, au Temple, comme elles en avaient la permission. […] » (G. Lenôtre (Théodore Gosselin-Lenôtre) , La Fille de Louis XVI : Marie-Thérèse-Charlotte de France, Duchesse d’Angoulême, Éditions Frédérique Patat, 2014)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français