chair
étymologie
En ancien français charn ou char#fro|char, du latin carnem, accusatif de caro (« viande, chair »).

nom

SingulierPluriel
chairchairs

chair \ʃɛʁ\ féminin

  1. (anatomie) Toutes les parties molles du corps de l’homme et des animaux, et plus particulièrement la partie rouge des muscles.
    • ''Mais je n’ai plus trouvé qu’un horrible mélange/>D’os et de chairs meurtris et traînés dans la fange,/>Des lambeaux pleins de sang, et des membres affreux/>Que des chiens dévorants se disputaient entre eux… (Jean Racine, Athalie (Racine)'', 1691, acte II, scène V)

    • Les graisses animales sont contenues dans tous les tissus et organes des animaux. […]. Le chyle et le lait en renferment aussi une quantité importante. Les chairs musculaires, par contre, en sont complètement dépourvues. (J. Fritsch, Fabrication et raffinage des huiles végétales, manuel à l'usage des fabricants, raffineurs, courtiers et négociants en huiles, Paris : chez H. Desforges, 1905, page 2)
    • Les cordelettes m'entraient dans la chair, les mains me faisaient mal et la position dans laquelle mes bras étaient maintenus me brisaient les épaules. (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Quand il se dresse face à quelque « vieille écorce », chêne, frêne, ou hêtre, […] Arsène André éprouve une virile volupté. Sa chair se durcit, son col se gonfle, le sang lui afflue aux tempes à coups précipités (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    1. (chirurgie) Parties molles qu’on traverse avec l’instrument tranchant.
    2. (pathologie) Substance molle qu’on observe dans les solutions de continuité, formée principalement par les bourgeons vasculaires.
      • Chairs baveuses, excroissances de chair.
    3. (nutrition) La viande des animaux terrestres et des oiseaux, considérée comme aliment.
      • Chair de bœuf, de mouton. Chair crue, cuite, dure, tendre, fine, courte, longue, salée, fraîche.
      • De cette double proie l’oiseau se donne au cœur joie, ayant de cette façon à souper chair et poisson. (Jean de la Fontaine, Fabl. IV, 11.)
    4. (nutrition) Partie blanche ou rougeâtre, mais de nature musculeuse, que l’on mange dans les poissons.
      • Le saumon a la chair fine et ferme.
  2. (Poésie) L’apparence extérieure, la peau, la carnation.
    • Et chacun de me plaisanter ; ma jeunesse à son lever, mon parfum de fille fraîche, ma chair toute neuve en son premier éclat éveillaient chez les hommes de sournoises concupiscences, aiguisaient leur regard. (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 32)
  3. (Par analogie) Parenchyme, partie succulente de certains fruits, aussi appelée sarcocarpe.
    • La chair de la pêche, du melon, de l’abricot.
  4. (Usage biblique) Être vivant, homme ou animal.
    • Hors des heures de louange, toute chair est ici en silence devant le Seigneur. (François de Salignac de La Mothe- '=oui, XVII, 264)
    • La multitude l’empêchat-elle d’exterminer toute chair au temps du déluge ? (Jean-Baptiste Massillon, Car. Petit nombre des élus.)
  5. (religion) Corps considéré en opposition à la nature spirituelle.
    • Fils de cette sainte veuve plus selon l’esprit que selon la chair. (Jacques-Bénigne Bossuet, Oraisons, 9)
    • La multitude adore des divinités de chair et de sang. (François de Salignac de La Mothe- '=oui, XVII, 240)
    • Honteux attachements de la chair et du monde. (Pierre Corneille, Polyeucte, IV, 2.)
    • De la chair corrompue éteindre en nous les feux. (Jean Racine, Hymnes.)
    • Nous allons triompher de la chair et du démon. (Jean-Baptiste Massillon, Carême, Jeûne.)
    • Saint Jérôme charge ses épaules d’un lourd fardeau, pour dompter une chair révoltée. (François René Chateaubriand, Génie, II, III, 8.)
  6. (religion) Concupiscence charnelle.
    • Le péché de la chair tentait l’humanité. (Mathurin Régnier, Satires, I)
    • Vous êtes donc bien tendre à la tentation ; Et la chair sur vos sens fait grande impression. (Molière, Tart. III, 2.)
    • Mes tempes battent ; toute ma chair va à cette femme presque nue et charmante dans le matin et dans le transparent vêtement qui enferme la douce odeur d’elle… (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Elle ignorait profondément la chair, comme toute jeune fille vraiment pure. (Jeanne Sandelion, Un Seul homme..., Editions du Tambourin, Paris, 1931, p. 21.)
    • Et il voyait le pécheur, accablé, resserré par la triste peur, traversant Claquebue et semant parmi les villageois la sainte méfiance de la chair qui est la première marche du paradis. (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 95.)
  7. Corps senti du point de vue de la personne même.
    • Quand on a été atteint dans sa chair, quand des proches ont été touchés, quand on est soignant… évidemment que je comprends ces critiques. (Nicolas Hulot : « Le monde d’après sera radicalement différent de celui d’aujourd’hui, et il le sera de gré ou de force »)
    • Une personne n'est pas seulement un corps, mais une chair – le corps vécu de l'intérieur – et une âme – l'esprit vécu de l'intérieur. (Olivia Gazalé, Je t'aime à la philo, Robert Laffont, Paris, 2012, page 40)
  8. (tannerie) Côté de la peau opposé à celui où se trouve le poil.
synonymes

aliment


traductions
adjectif

chair \ʃɛʁ\ invariable

  1. Beige rosé, proche de la couleur de la chair de l’Européen.
    • Une vieille jeune douairière, connue par ses mises excentriques et ses irréprochables dîners, fait son entrée dans une des loges ; elle porte une robe chair, dont la teinte pâle fait un singulier contraste avec les roses d’emprunt de son teint ; […]. (La Vie parisienne, 14 juin 1873)
synonymes


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.008
Dictionnaire Français