charme
étymologie
(Nom commun 1) Du moyen français charme, de l’ancien français charme, du latin carmen, de canere (« chanter »).
(Nom commun 2) Du latin carpinus, mot féminin en latin classique, pris pour un mot masculin en latin populaire, en raison de sa déclinaison en -us.

nom

SingulierPluriel
charmecharmes

charme \ʃaʁm\ masculin

  1. (Au pluriel) Qualités aimables, attraits, séduction ou ascendant qu’exercent sur l’imagination les objets qui la frappent vivement et qui produisent sur elle l’admiration, l’enthousiasme.
    • Belle Rowena, répondit de Bracy sur le même ton, c’est à vous, à vos propres charmes, qu’il faut attribuer tout ce que j’ai fait, […]. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • François se dévoyait auprès des filles publiques, […]. On dit que ces professionnelles ont des charmes secrets, des recettes magiques pour exaspérer la volupté de leurs clients et leur procurer des extases sans pareilles. (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
  2. Pouvoir de séduction ; talent de charmer.
    • Son plus grand charme venait d’une physionomie dont le calme trahissait une étonnante profondeur dans l’âme. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Les Liméniennes ont toutes de belles couleurs, […], des yeux noirs d’une expression indéfinissable d’esprit, de fierté et de langueur ; c’est dans cette expression qu’est tout le charme de leur personne. (Flora Tristan, Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
    • Comme tous ceux qui écrivent beaucoup, Balzac parlait peu... Mais, dès qu'il parlait, le charme opérait. Il y avait, dans sa parole, une telle autorité, une telle séduction, qu'on oubliait très vite ses disgrâces physiques. (Octave Mirbeau, La Mort de Balzac, 1907)
  3. (Au pluriel) Attraits sexuels d’une fille ou d’une femme.
    • Et cependant les sabots garnis de dentelles découvraient admirablement ses bras nus, la gorge s’encadrait dans le pur corsage aux tulles jaunis, aux rubans passés, qui n’avait serré que bien peu les charmes évanouis de la tante. (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Sylvie, 1854)
    • Des messieurs, […], auscultaient des paumes les charmes de ces demoiselles servantes, impassibles mais souriantes. Il y avait aussi des femmes qui les expertisaient d'un doigt agile, les yeux endiamantés de concupiscence. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 81)
    • La bergère, après bien des larmes,
      Pour se consoler prit un mari,
      Et ne dévoila plus ses charmes
      Que pour lui…
      (Georges Brassens, Brave Margot, in Le Vent, 1953)
  4. Sentiment délicieux que fait éprouver ce qui intéresse le cœur, ce qui fait naître de douces sensations.
    • Quand on traverse pour la première fois une rivière islandaise, on ne peut se défendre de la crainte; mais on s’accoutume vite à ce genre d’émotion, et l'on finit même par y trouver un certain charme. (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.11)
    • Par exemple arriver chez sa nouvelle blonde avec un tétrapack de vin rouge… ça brise le charme d'un souper en tête à tête. (Eau d'érable sur les tablettes, sur le forum Les sucriers.com : Forum acéricole, mai 2013)
  5. Sort lancé sur une personne ; sortilège, enchantement.
    • Par la messe ! je crois que le vieux Lucas de Beaumanoir a bien deviné juste, quand il affirme qu’elle a jeté un charme sur vous. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Mon fils, mon cher fils ! […] c'est Dieu qui nous a envoyé cette jeune fille pour détruire l'horrible charme dont vous étiez environné, et vous venger du mal qui vous a été fait, à vous et à votre mère. (Les Mille et Une Nuits, traduction Antoine Galland,1704. Ve nuit)
synonymes

Pour l’ascendant physique ou sentimental (1) :


traductions
traductions
traductions
nom

SingulierPluriel
charmecharmes

charme \ʃaʁm\ masculin

  1. Genre d'arbres et d'arbustes de la famille des bétulacées des régions tempérées de l'hémisphère nord, d'Asie Mineure et d'Europe qui sont des arbres pouvant mesurer jusqu'à 25 mètres, à feuilles caduques, alternes, petites (de 3 à 10 cm de long), simples, avec le bord du limbe finement denté, aux fleurs regroupées en inflorescences, en forme de chatons pendants, pollinisées par le vent et dont les fruits sont des akènes.
    • Le Charme très abondant forme parfois avec la Clématite des fourrés obscurs presque impénétrables. (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne ↗, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, [//ori-nuxeo.univ-lille1.fr/nuxeo/site/esupversions/6cfe60d7-a710-46a8-b32d-4a32b4c31a74 p. 174])
    • Le domaine médio-européen est caractérisé par quelques arbres qui y trouvent leur aire essentielle : le Charme, l’Érable plane, le Mélèze. (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.90)
    • Le charme perdit quelques branches mais ses racines étaient si profondes qu'il arrivait à puiser de l'eau dans les couches les plus lointaines de la terre. (Dominique Schwob, Contes de la grande yeuse: Paroles d'arbres des quatre coins du monde, 1998)
  2. (Par métonymie) Bois du même arbre.
    • Le charme s'emploie beaucoup dans le charronnage.

traductions
forme fléchie

charme \ʃaʁm\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de charmer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de charmer.
    • Il la charme ou la décharme selon que son état le requiert. (Giovanni Paolo Marana, L'Espion dans les cours des princes chrétiens, 1699)
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de charmer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de charmer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de charmer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.034
Dictionnaire Français