chausse-trape
étymologie
De l’ancien français chauchetrepe issu des verbes chauchier et treper signifiant tous les deux « marcher sur quelque chose ».

nom


chausse-trape \ʃos.tʁap\ féminin

  1. (armes) Pièce de fer garnie de pointes qu’on jetait dans les gués, sur les routes, et où hommes et chevaux s’enferraient.
    • Semer des chausse-trapes. S’enferrer dans des chausse-trapes.
  2. Trou qui cache un piège pour prendre les animaux malfaisants.
    • La chausse-trape du salut s'était subitement ouverte sous lui. La bonté céleste l’avait en quelque sorte pris par trahison. Adorables embuscades de la providence ! (Victor Hugo, Les Misérables'', tome V, Livre troisième, Chapitre I)
  3. (Figuré) Piège tendu à quelqu’un
    • L’opposition dut constater que les chausse-trapes ne la servaient pas mieux que les attaques de front. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Mon Dieu, en quel martyre vous m’avez condamnée à vivre, enveloppée de duplicités, environnée d’embûches, cernée de chausses-trapes. (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
  4. (Héraldique) Meuble représentant l’arme du même nom dans les armoiries. Elle est généralement représentée sous la forme d'un ensemble de 4 pointes, 3 servant de base (dont une de front, les autres de profil) et une orientée vers le chef. Elle est parfois confondue à tort avec un fer de lance ou de de pique. En héraldique, l’orthographe traditionnellement utilisée est chausse-trappe.
    • D’or semé de chausse-trapes de gueules, qui est de Guy le Borgne, Baron de Chemillé voir illustration « armoiries avec des chausse-trapes »

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français