chienne
étymologie
(XIIe siècle) De l’ancien français china, venant du latin canis.

nom

SingulierPluriel
chiennechiennes

chienne \ʃjɛn\ féminin (pour le mâle on dit : chien)

  1. (zoologie) Animal femelle de l’espèce Canis lupus familiaris.
    • La reine mère se leva, prit la petite chienne par son collier et la retint, […]. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre VI)
    • Or le bar était vide. Léon, à son comptoir dormassait, en chandail, tandis que sa chienne, près de lui, sur une chaise, veillait. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  2. (Figuré) (familier) En parlant des choses : très mauvais, exécrable.
    • Il m’a dit son nom; mais sa chienne de voix était si faible que je ne l’ai pas entendu. (Victor Hugo, Les Misérables, III, 8, 8 ; 1862)
    • Elle avait eu deux beaux enfants de ce matelot, la Clémence, puis la chienne de guerre, la grande, était arrivée, expédiant le Paul aux Dardanelles, dans les pays là-bas comme on disait, aux cinq cents diables quoi ! (Jean Fressigné, Clémence ou les vagues de la vie, Éditions Cheminements, 2002, page 14)
  3. (vulgaire) (injur) Femme au fort appétit sexuel ; femme délurée et lubrique.
    • Elle fut une chienne dont les chiens sentaient la cuisse, se pressant l’un l’autre, avec des choses dressées et des gueules folles de chiens chauds. (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 152)
    • L’inspecteur vous aura dit que j’étais une fille de rien, est-ce vrai ? Que je courais les hommes comme une chienne ? Oui ? Que je vous empaumais sans doute ? Consciente de l’impasse où je vous acculais ? (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  4. (Belgique) (Vosges) Cheveux formant une sorte de frange sur le front.
    • Se rassoyait, supérieure, en faisant bouffer sa chienne blonde sur le front d’un doigt nonchalant. (Annie Ernaux, La femme gelée, 1981, réédition Quarto Gallimard, page 360)
  5. (Québec) (Drave) (hist) Masse de glace qui, sur un cours d’eau, bloque les billots de bois que l’on veut faire transporter par le courant.
    • Les draveurs appellent « chienne » la glace qui prend les billots en serre et les immobilisent. (La drave, Office national du film, 1957)
  6. (Québec) Vêtement de travail souvent ignifuge.
  7. (Québec) Grosse bouteille de bière, normalement de 40 oz (1,18 litres).
  8. Autre nom de la tiretoire, car cet outil mord le bois.
synonymes
  • voir salope#Synonymes (2)

traductions
traductions
forme fléchie

SingulierPluriel
Masculinchienchiens
Fémininchiennechiennes

chienne \ʃjɛn\

  1. Féminin singulier de chien.
forme fléchie

chienne \ʃjɛn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de chienner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de chienner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de chienner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de chienner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de chienner.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français